AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

♦ messages : 116
♦ copyright : dcayedfairytale


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 26 ans
JOB: actuellement sans-emploi
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel Sam 24 Avr - 15:16

ANGEL MCGREGOR & SLOAN BROWN

S'il y avait une chose qui caractérisait particulièrement bien Sloan Brown et qui le distinguait de la plupart des humains, c'était son calme. Sloan était d'un calme légendaire, sans égal, il ne perdait jamais son sang-froid. En tant que prédateur, il avait consacré beaucoup de son temps à l'observation des hommes et il avait pu constater une chose: la plupart des hommes avaient du caractère et ils l'exprimaient. Si un serveur leur servait un café froid, ils le leur reprochaient plus ou moins férocement et agressivement. Si quelqu'un les bousculait dans la rue, ils s'énervaient et l'injuriaient facilement. Si on osait critiquer leurs goûts ou leur style vestimentaire, ils montaient sur leurs grands cheveux et se défendaient bec et ongles. Si après une mauvaise journée, on avait l'audace de leur faire le plus moindre des reproches, ils ne pouvaient s'empêcher de se mettre en colère et de crier encore et encore. Les hommes étaient ainsi, avait pu remarquer Sloan. Ils ne se laissaient pas faire, mais surtout, ils laissaient leurs nerfs s'enflammer à presque chaque occasion. Sloan dérogeait à cette règle. Si on lui servait un café froid, il le buvait sans rien dire, si on le heurtait accidentellement, il acceptait les critiques et reproches quels qu'ils soient et, si jamais il avait face à lui un homme particulièrement en colère qui s'énervait contre lui, si ce n'est même l'insultait, il usait d'ironie et restait de marbre, gardant son calme sans s'énerver une seule seconde. Peut-être cela était-il dû à sa nature, il n'en avait aucune idée, mais toujours est-il qu'il savait rester serein et impassible. Et ce jour-là encore, ce remarquable calme et sang-froid serait mis à rude épreuve.

Sloan consulta sa montre. Dix heures vingt précisément. L'heure idéale pour boire un bon café en terrasse, pensa le jeune homme. Cela faisait plus d'une heure à présent qu'il était en ville. Après avoir avalé un croissant acheté à la boulangerie, le jeune homme avait passé sa matinée à marcher sans destination, à traîner dans la ville, à errer dans les rues sans but précis sinon profiter de temps et se détendre, en passant du temps en solitaire comme il l'aimait. C'était une bien agréable matinée de fin avril. Un marchand de glaces commençait déjà à en vendre aux jeunes enfants gourmands qui étaient en vacances. De jolies touristes se baladaient en ville, vêtues de décolletés et de jupes. Les fenêtres des bureaux étaient ouvertes, laissant le brin d'air frais venir rafraichir les employés. Les cafés avaient la plupart de leurs clients en terrasse, lunettes de soleil sur le nez, profitant des chaleureux rayons du soleil de printemps. Sloan marchait d'un bon pas à travers les ruelles du centre-ville de Wellington, le journal du jour fraîchement acheté sous le bras. Il remarqua la terrasse d'un café quasi-déserte et s'y installa. Bientôt, une charmante serveuse vint prendre sa commande. Le jeune anglais commanda simplement un café, qu'on lui apporta bien vite, puis il entreprit la lecture de son journal.

Sloan attachait une certaine importance au fait de se tenir informé. N'aimant pas tellement regarder la télévision ou écouter la radio, il était fidèle au bon vieux journal, toujours complet et précis, pour le tenir au courant de ce qui se passait, dans la ville, dans tout le pays et un peu partout sur la planète. Sloan prit connaissance des nouvelles mondiales et régionales, mais s'attarda davantage sur les informations locales et sur les faits divers plus spécialement. Buvant son café tout en consultant le quotidien, il se perdit dans la lecture d'un article à propos des meurtres qui avaient lieu de plus en plus régulièrement ces derniers temps. En arrivant à Wellington, il avait vite compris qu'il n'était pas le seul qui mettait fin à quelques vies dans la région. Les récents et suspects meurtres du coin constituaient même l'un des sujets de conversation les plus fréquents avait-il remarquer. Seulement d'après ce qu'il avait compris les victimes étaient nombreuses et les phénomènes plus étranges qu'à l'accoutumée. Cela n'arrêterait pas Sloan le justicier, qui décida à ce moment-même de s'intéresser à cette histoire d'un peu plus près. Peut-être même cela serait une bonne idée de s'y mettre dès à présent en commençant par une petite recherche sur internet? Décidé, Sloan finit d'une traite sa tasse, posa quelques pièces de monnaie sur la table et se leva un peu précipitamment dans l'intention de rentrer chez lui pour commencer ces recherches.

Mais le destin – ce ne pouvait être que lui, ou peut-être la malchance en décida autrement puisque, en passant hâtivement devant une table, il bouscula celle-ci, renversant au passage la tasse de café de l'un des clients. « Merde, » pensa Sloan tout bas. Il espéra alors simplement qu'il n'avait, dans la précipitation, pas fait trop de dégats, et que la personne à qui appartenait la tasse de café serait coopérative et pas trop en colère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel McGregor

SPARKLING ANGEL

Together In All These Memories.

avatar

♦ messages : 172
♦ copyright : © tiin0


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 29 ans
JOB: Reporter photographe
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel Sam 24 Avr - 17:02




Avril 2010 ♣ The Courtney Quarter, Wellington
TERRASSE D'UN CAFE




C'était une matinée comme je les aimais. Armé de mes lunettes de soleil d'aviateur, je déambulais dans les rues de Wellington. Il était un peu plus de dix heures et je venais de sortir du journal de la ville pour bosser à l'extérieur devant un bon café. Je n'aimais pas passé mon temps dans un bureau, surement ma claustrophobie que refaisait surface. En tout cas l'air pur était bien mieux pour bosser à mon avis. Comme à mon habitude, je portais mon sac en bandoulière qui transportait mon apareil photo et mon netbook, beaucoup mieux pour pouvoir se déplacer en toute liberté. La chaleur commençait à se faire sentir, c'est pourquoi je n'arborais qu'une simple chemisette blanche en alliance avec un jean tout à fait banal.

J'avançais donc tranquillement dans Wellington à la recherche d'un lieu calme et posé où je pourrais travailler dans un silence presque total. Ce que je finis par trouver. Une terrasse à moitié pleine, contrairement aux autres, s'offra à moi. Je n'attendis pas une seconde de plus pour m'y rendre et m'installer confortablement. Une serveuse prit ma commande et revint quelques minutes plus tard le café que j'avais demandé. je sortis alors mon ordinateur ainsi que la carte mémoire de mon appareil photo pour transférer mes clichés et les étudier avec attention.

Entre temps, les gens autour de moi bougeaient. Certains partaient alors que d'autres arrivaient. Mais je ne me focalisais pas sur eux. J'avais bien plus intéressant à faire que de regarder les clients du café. Après quelques minutes, mon travail pouvait enfin débuter. J'avalais d'un coup mon café avant d'en recommander un autre et de me plonger dans les photos du dernier meurtre de Makara River et des autres bien évidement. Il pouvait toujorus y avoir quelque chose de suspects que je n'aurais pas vu auparavant. Papier et stylo sortit, toutes mes idées, aussi farfelues soient-elles, pouvaient sortir de mon esprit.

J'enchainais les photos me concentrant sur chacune d'elle pour au final en récupérer quelques unes de meurtres différents. A force de le regarder avec attention, j'avais fini par trouver un indice ou plutot un point à approfondir. En effet, sur chacune de ses photos, une demoiselle semblait revenir à chaque fois. Je n'en étais pas sûr à cent pour cent, sachant que l'on ne la voyait jamais entièrement ou que sa silhouette était flouttée. Mais d'après certaines caractèristiques que j'avais pu relever à oeil nu, il semblerait que cette charmante jeune femme ait un intérêt particulier pour tous ces meurtres. Elle était la seule personne que je revoyais sur chacune des photos. Je devais la trouver et la rencontrer car elle m'intriguait fortement.

Puis, soudainement, alors que j'écrivais ce que je devais faire et rechercher pour ne pas l'oublier, un homme vint bousculer ma table, renversant ainsi mon café sur tout le travail que je venais d'accomplir et d'écrire sur cette foutu feuille blanche. Je sauvais ce qui pouvait être sauvé. Malheureusement, la plupart était perdu. Mon regard se releva rapidement vers cette personne, le fusillant avec des yeux noirs.

- Putain, faites attention !! Hurlai-je premièrement avant de continuer dans mon élan de colère. Si vous ne savez pas vous lever sans bousculer tout ce qui vous entoure, vous devriez peut-être penser à vous acheter un déambulateur pour au moins arriver à vous tenir debout correctement !! Criai-je sans retenir mes mots. Espèce d'incapable... Finis-je par dire en regardant tout mon travail détruit par un seul et unique homme. Heureusement pour lui, mon ordinateur n'avait pas été touché car si ça avait été le cas, il serait déjà mort depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 116
♦ copyright : dcayedfairytale


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 26 ans
JOB: actuellement sans-emploi
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel Lun 26 Avr - 21:43

Cette journée commençait plutôt bien. Sloan avait fait un tour en ville, profitant du soleil radieux et de la brise matinale. Il avait continué à prendre le soleil, assis à la table d'un café en terrasse en lisant le journal – chose qu'il appréciait en particulier –, et notamment un fait divers particulièrement intéressant. Il était sur le point de rentrer chez lui pour rechercher quelques informations, prêt à se jeter sur son ordinateur pour y rester peut-être des heures entières, et, s'il ne savait pas encore ce qu'il ferait au déjeuner et pendant le reste de l'après-midi, selon le temps que lui prendrait sa petite enquête sur la toile, il se doutait ce que serait quelque chose d'agréable. Un film, un peu de sport, une virée en voiture, une soirée avec l'une de ses rencontres à Wellington, un peu de temps à la bibliothèque? Il n'en avait encore aucune idée – les possibilités étaient multiples et toutes plaisantes – il préférait attendr d'y être et voir comment cela se passerait. Pour ce qui était de certaines choses, il se devait d'être pointilleux, prévoyant, et de ne rien laisser au hasard. Pour d'autres, comme ce qu'il ferait de l'après-midi, les décisions moindres qu'il prendrait dans la journée ou même le prochain pays qui l'accueillerait, il n'aimait pas tellement prévoir à l'avance, préférant se laisser porter par le moment, par ses envies, par le hasard. Tant que celui-ci lui était profitable, bien sûr. Et si pour l'instant la journée s'annonçait jusque là presque agréable, c'était ce fameux hasard ou une petite maladresse de sa part qui venait maintenant contrecarrer cette idée.

Il n'y eut aucun fracas, seulement le petit bruit d'une tasse basculant sur une table. Sloan s'arrêta soudain et se tourna vers la table en question. Il ne put alors que constater les dégâts – qui avaient plus d'ampleur qu'il ne l'espérait. Malencontreusement et sans le vouloir, il venait de réduire à néant – ou presque – le travail qu'un jeune homme venait d'effectuer. En effet, le café s'était renversé sur tout un tas de feuilles, détruisant tout sur son passage. Les fruits du travail de ce client en terrasse étaient perdus, les feuilles couvertes d'écriture à présent illisibles. Sloan se maudit intérieurement d'être aussi maladroit. C'était fou, ça, qu'il soit si patient, adroit et précis dans certaines choses qu'ils entreprenaient, et que de temps à autre il se révélait, par empressement, un peu maladroit, créant de petits incidents tels celui qui venait juste d'arriver. Le jeune homme grimaça et passa sa main dans ses cheveux, sincèrement désolé. Car évidemment, il n'avait pas détruit le travail de ce client délibérément ni intentionnellement. Ce n'était qu'un regrettable petit accident. Sloan ouvrit la bouche, pour présenter ses plus sincères excuses au jeune homme – quitte à ce qu'il doive rembourser sa consommation, lui repayer un café ou l'aider un peu. Mais il n'en eut pas l'occasion.

« Putain, faites attention !! » rugit l'homme, qui voyait déjà rouge. Sloan roula les yeux, les hommes étaient si réactifs, impulsifs, emportés... et vulgaires. Il allait de nouveau s'excuser mais l'homme ne l'en laissa toujours pas le temps, reprenant de plus belle. « Si vous ne savez pas vous lever sans bousculer tout ce qui vous entoure, vous devriez peut-être penser à vous acheter un déambulateur pour au moins arriver à vous tenir debout correctement!! Espèce d'incapable... » Il avait presque envie de ne pas s'excuser et de vider le reste de café de la tasse – s'il en restait – sur l'ordinateur sain et sauf du jeune homme. Presque envie. Mais il ne serait plus Sloan Brown s'il le faisait. Calme et politesse en toutes circonstances. Ce n'était pas plus son genre de se laisser crier dessus sans aucune réaction. Sloan n'était pas colérique, et les cris et les insultes, ce n'était franchement pas son truc. Son arme à lui, dans ce genre de situations, c'était l'ironie. Il ne se laisserait pas vraiment marcher sur les pieds et laisser ce petit incident venir gâcher cette journée qui commençait si bien.

Prenant un air tout à fait décontracté et pas le moins du monde affecté par les mots hurlés par le jeune homme, Sloan mis ses mains dans ses poches. « Oh, veuillez m'excuser, je suis sorti un peu vite et je ne vous ai pas vu. » Il eut un sourire en coin tout juste perceptible. Se penchant par-dessus l'épaule de l'homme à qui il avait renversé le café et lui adressa une légère grimace. « J'espère que les dommages ne sont pas trop importants. » Il roula les yeux. Tout semblait littéralement fichu, détruit, irrécupérable. Il enchaîna. « Pour ce qui est du déambulateur... Je ne pense pas en avoir besoin, mais puisque vous me soumettez cette idée... » Le jeune homme ne laissait rien paraître. Pas la moindre colère, pas la moindre laissant pensé qu'il était vexé. Il avait tout juste l'air désolé et, si on savait lire dans ses yeux... amusé. Ce petit incident ne viendrait certainement pas saboter la journée. Et même s'il se retrouvait face à un homme franchement énervé, qui avait l'air prêt à lui sauter dessus, il décida que ce petit événement pouvait peut-être ajouter une petite distraction supplémentaire à sa matinée. « Et bien, peut-être pouvez-vous m'en conseiller?... » Ironie et courtoisie, c'était bien là la marque de fabrique de Sloan Brown dans une situation comme celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel McGregor

SPARKLING ANGEL

Together In All These Memories.

avatar

♦ messages : 172
♦ copyright : © tiin0


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 29 ans
JOB: Reporter photographe
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel Mar 27 Avr - 18:29




Avril 2010 ♣ The Courtney Quarter, Wellington
TERRASSE D'UN CAFE




Franchement, certaines personnes ne méritaient pas de pouvoir vivre sur cette Terre ou minimum à mes côtés surtout lorsqu'elle avait décidé de foutre tout mon travail en l'air. J'avais tout perdu. Plus rien n'étais lisible à part une immense tâche de café en plein milieu, recouvrant ainsi tout ce que j'avais pu écrire jusque là. Certes, ce n'était que du papier et de l'encre dessus. Cependant, tout un raisonnement suivi de déductions et d'hypothèses venaient de s'envoler. Je n'aurais rien fait cette après-midi, j'en serais exactement au même point car j'étais dans l'obligation de tout recommencer à zéro. Merci mon "petit incapable" ! Je n'avais plus qu'à le féliciter de sa connerie et applaudir avec le plus de motivation que le veut la situation dans laquelle je me trouvais désormais.

- Oh, veuillez m'excuser, je suis sorti un peu vite et je ne vous ai pas vu. J'espère que les dommages ne sont pas trop importants. Je le fixais sans scrupule avec un regard des plus noirs. Mes yeux auraient été des mitraillettes, cet homme serait déjà mort. Je n'arrivais pas à me contrôler en sachant que l'effort que j'avais fourni pour en arriver là sur l'enquête des meurtres de Makara River m'avait pris beaucoup de temps. Et biensur, en une demi-seconde tout fut balayé. Pour ce qui est du déambulateur... Je ne pense pas en avoir besoin, mais puisque vous me soumettez cette idée... Et bien, peut-être pouvez-vous m'en conseiller?...

Que devais-je faire immédiatement ? L'étrangler ? Mauvaise idée. Le poignarder ? Non plus, ça ferait tâcher à l'entrée du café et puis me salir les mains pour un incapable comme lui ne servait à rien. Un coup de poing ? Surement la meilleure option jusque là. C'était difficile de trancher. Plusieurs envies me venaient à l'esprit, toutes aussi alléchantes les unes que les autres. Cependant, je savais très bien que je ne pourrais les accomplir et c'était bien dommage. Cet homme méritait pourtant tout ce à quoi je pensais. Bon, peut-être pas tout, évitons les idées mortelles. Mais tout le reste était vraiment susceptible d'être commis s'il continuait sur cette voie. Il restait calme et jouait tel un gamin à retourner mes paroles envers moi. C'était bas mais tellement amusant que je ne pus m'empêcher de sourire face à tout cela avant de frapper une fois du poing sur ma table tout dégoulinante de café.

- Tu te crois drôle en plus de ça ? Je ne sais pas ce qui me retient de t'en foutre une en pleine gueule ! En tout cas, tu peux te considérer comme chanceux que je sois sous un beau jour ! Le contraire et tu serais déjà à terre à mordre la poussière.

D'un coup, je me sentis beaucoup mieux. La colère semblait s'estomper. J'avais fini par calmer mes ardeurs provoquées par ce jeune homme dont je ne connaissais pas le nom et dont je m'en foutais complètement. Je me sentais presque serein comme si rien n'étais arrivé. Malheureusement, j'avais toujours au travers de la gorge le fait que tout mon développement sur l'actualité locale de Wellington soit parti en fumée. Et ça, bien évidement, je n'étais pas prêt de l'oublier, tout comme sa tête d'imbécile heureux que je garderais dans le fin fond de ma mémoire au cas, le destin ait décidé de me pourrir la vie encore une fois en me mettant sur son passage. Je me suis alors mis à ranger mon netbook dans sa housse de protection pour ensuite le déposer dans mon sac en boudilière. Je n'avais plus qu'à partir. Je laisserais le bonheur à cette incapable de payer pour moi la note. Je me levai alors de la chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 116
♦ copyright : dcayedfairytale


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 26 ans
JOB: actuellement sans-emploi
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel Sam 15 Mai - 18:50

Il suffisait de jeter un coup d'oeil à Angel pour comprendre qu'il enrageait intérieurement. Il était même facile de deviner ce à quoi il pensait. Il devait certainement être habité par des envies meurtrières envers Sloan Brown. Mais celui-ci, bien que devinant que le jeune homme en face de lui bouillonnait de rage et pouvait, à tout moment, décider de lui mettre son poing dans la figure, restait aussi calme que s'il discutait tranquillement avec un vieil ami. Si la colère et la fureur se lisaient aisément sur le visage d'Angel, celui de Sloan, impassible, ne laissait rien paraître. C'était sa façon à lui d'aborder les choses. À vrai dire même, il ne comprenait pas la facilité qu'avaient les hommes à sortir de leurs gonds. Ils s'énervaient de façon quasi systématique, comme si crier, serrer les poings ou être violent allait tout arranger. En l'occurrence, cela ne résoudrait rien. Ce n'était pas en insultant Sloan ou en le frappant qu'Angel récupérerait son travail perdu, alors autant garder son calme, non? Enfin, ce n'était là que la vision des choses de Sloan Brown, tout juste humain, qui n'était pas tellement par les sentiments ou les émotions que l'on ne contrôle pas, telle la colère.

Sloan leva les yeux vers le jeune homme qui ne semblait, pour le moment, pas prêt à se calmer. Au contraire, la réplique ironique de Sloan avait eu l'air de l'énerver encore plus, ce qui était tout aussi amusant qu'inquiétant pour le jeune anglais. En effet, cela l'amusait de voir l'emportement et la rage monter peu à peu chez son interlocuteur. Ses veines commençaient à ressortir, son visage était un peu plus rouge, ses poings serrés et ses yeux noirs et furieux. Mais Sloan aurait sûrement dû s'en inquiéter un peu plus, au lieu de rester calme et serein, ce petit sourire au coin des lèvres. Certes, il était habile et rapide, et il pourrait sûrement esquiver un ou deux coups d'Angel si celui-ci se décidait à la frapper, mais Sloan était bien plus adroit avec un couteau de boucher bien aiguisé qu'avec ses poings. Il n'aimait pas tellement se battre à vrai dire et son interlocuteur – qui déjà paraissait plus fort que lui et devait le dominer physiquement – avait certainement plus d'expérience que lui dans le combat à mains nues. Non que Sloan n'envisage de se battre. Il était au contraire déterminé à lâcher encore une ou deux répliques avec calme et ironie, pour voir si le jeune homme gardait encore son sang froid, puis il partirait tranquillement continuer sa journée.

Sloan, observateur, remarqua néanmoins un sourire sur le visage du jeune homme de qui il avait gâché tout le travail, et attendit donc que celui-ci réplique à son tour. Il était plus adepte de la joute verbale à base de commentaires bas et ironiques que de la bagarre au corps à corps. « Tu te crois drôle en plus de ça ? » lui demanda le type après avoir tapé du poing sur la table. « Je n'oserais pas, » répondit Sloan à mi-voix. L'autre continua sur sa lancée, sa voix et son timbre, autant que ses menaces, reflétant clairement son énervement. « Je ne sais pas ce qui me retient de t'en foutre une en pleine gueule ! En tout cas, tu peux te considérer comme chanceux que je sois sous un beau jour ! Le contraire et tu serais déjà à terre à mordre la poussière. » Désignant la table pleine de café sur laquelle le poing d'Angel venait de s'abattre, Sloan lança, toujours avec calme et ironie. « Faîtes attention, vous allez renverser du café. » Il eut un sourire imperceptible. La tasse que lui-même avait renversée était maintenant vide, aucun danger de renverser quoi que ce soit, mais il voulait continuer, encore au moins une minute, à jouer avec les nerfs de l'homme. Mais celui-ci n'avait pas vraiment l'air du même avis puisqu'il semblait au contraire sur le point de se calmer, ses traits se détendant peu à peu. Il se mit alors à ranger ses affaires – ou tout du moins ce qu'il en restait – et, entre autres, son netbook. « Vous aussi vous êtes chanceux. Le café aurait pu se renversé sur vous ou même sur l'ordinateur, » dit Sloan en se passant la main dans les cheveux et en prenait un air à la fois désolé et amical – faussement, cela allait de soi. « Heureusement ce ne sont que ces quelques feuilles gribouillées qui ont subi ma maladresse. » Il fallait bien que Sloan en rajoute une couche. Le type semblait se calmer, commençait à ranger ses affaires et paraissait même prêt à partir déjà. Maintenant que Sloan avait perdu un peu de son temps à cause de ce contretemps, autant rester encore quelques secondes titiller les nerfs de ce jeune homme. Sloan n'avait – pour le moment tout du moins – pas l'intention de le laisser partir si vite, et encore moins en payant son café. « Vous partez déjà? Comme c'est dommage... Peut-être aurions nous l'occasion de nous revoir, qui sait? Et peut-être même de partager un café un de ces jours. » Le jeune anglais esquissa un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel

Revenir en haut Aller en bas

CALMNESS VERSUS AGGRESSIVENESS ♠ angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ENDLESS STARLIGHT :: 
« WELLINGTON CITY ♦ in the center »
 :: 
« THE COURTENAY QUARTER »
-