AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

♦ messages : 33
♦ copyright : (c) cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 20 ans
JOB: Étudiante en journalisme & « barman » au Flamingo.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Mar 27 Avr - 22:52



Psychozee
Abigail Penelope Jenkins
20 ans & née le 13 octobre 1989


LITLLE MORE PRECISIONS
.

QUE FAITES-VOUS A WELLINGTON ? ♦️
Elle y est principalement pour étudier. Également pour fuir Auckland et ses mauvais souvenirs. Et évidemment, il y a William. Elle ignore si elle le reverra un jour et s'il acceptera de lui reparler. Mais elle continue d'espérer car elle s'en veut et elle tient à se faire pardonner.
QUE PENSEZ-VOUS DE CES MEURTRES SUSPECTS ? ♦️
Abi commence a réellement s’inquiéter à ce sujet. En fait, elle ne sort jamais la nuit sauf si elle est entourée d’un minimum de deux garçons. Elle vérifie que ses portes et ses fenêtres sont barrées au moins dix fois par jour. Elle est terrifiée et se méfie des inconnus. Aussi, elle est préoccupée par la sécurité de ses proches et dès qu’un deux veut aller à l’extérieur seul, elle l’accompagne. Tout en étant apeurée, elle est également curieuse. Elle se pose des questions mais préfère rester loin de cette histoire.
QUELLE EST VOTRE PLUS GRANDE PEUR ET COMMENT RÉAGIRIEZ-VOUS DEVANT ? ♦️
Si on oublie les araignées, sa plus grande peur est de se retrouver un jour dans la Makara River. Il faut dire que c’est une crainte plutôt courante à Wellington… Comment réagir devant un meurtrier ? Abi resterait probablement paralysée sur place. Et puis, on imagine que l’assassin ne lui dirait pas : « je t’amène près de la Makara River pour te tuer ». Alors prise par surprise, elle se débâterait mais n’étant pas très forte, elle finirait comme les autres…
AVEZ-VOUS QUELQUE CHOSE EN PARTICULIER ? ♦️
Abi a toujours un chewing-gum dans la bouche car elle déteste avoir mauvaise haleine. Elle adore les surprises sauf quand il faut attendre pour l’avoir. Elle ne supporte pas les bruits de mastication et les gens qui clignent trop souvent des yeux. Elle joue au volleyball depuis qu’elle a treize ans et joue maintenant au niveau universitaire. Elle passe son temps à jouer avec ses cheveux et a texter avec son portable. Elle est maniaque du ménage, tout est propre chez elle. Quand elle voit un gars pleurer, elle pleure elle aussi. Elle ne supporte pas l’odeur de la cigarette. Quand elle a eu douze ans, elle pensait qu’Hagrid allait venir la chercher pour l’emmener à Poudlard… Elle a été déçue de voir qu’aucun demi-géant n’a défoncé la porte de sa maison pour lui apprendre qu’elle était en réalité une sorcière. Elle a une grande peur des araignées, des gens aux allures de motards et des sans abris. Elle peut être vraiment chiante quand elle le veut.
COMMENT VOUS DÉCRIREZ-VOUS EN QUELQUES MOTS ? ♦️
curieuse • spontanée • charmante • sensible • drôle • franche • impatiente • sarcastique • chialeuse • sportive • sociable • lunatique • perfectionniste • empathique • méfiante • nerveuse • directe • loyale • protectrice • prudente • romantique • jalouse • irréfléchie • dynamique • pessimiste • hypocrite • chiante

INSERT YOUR LIFE HERE
.


ANECDOTES ♦️ minimum trois récits avec un minimum de quinze lignes en tout.

♦ 'Cause there's no guarantee that this life is easy.

    D’un côté, il y a elle. Jane, une femme supposément parfaite. Toujours bien coiffée et habillée. Talons et chignons. L’attitude qu’elle emploie vous insiste à la soumission. En un seul regard, elle peut vous écraser complètement. Personne n’est supérieure à elle, elle contrôle tout et surveille tout. Elle vous remet à votre place à tous les jours avec aucune pitié. Froide, distante, autoritaire, indifférente et insensible… Le genre de femme qui ne peut pas ou qui ne devrait pas avoir d’enfants… Et pourtant… De l’autre côté, il y a lui. Mark, le gars le plus simple au monde. Avec son sourire chaleureux et ses yeux bruns rieurs qui vous redonne immédiatement une petite chaleur dans le cœur. Il est toujours là pour s’amuser et blaguer. Joueur de tours et farceur à temps plein, on aime ou on n’aime pas. C’est le bon jack sur qui on peut compter. Il aime être entouré de ses amis et faire la fête jusqu’aux petites heures du matin. Lorsque tu es en sa présence, tu ne peux que rire et sourire. Dans le fond, l’homme idéal si tu veux avoir des enfants… Comment deux êtres humains si différents ont pu générer assez d’amour pour concevoir un bébé ? Abigail se pose encore la question. Peut-être que sa mère avait besoin d’un soleil mais comment son très cher père a bien pu aimer cette cinglée ?

    C’était la journée rêvée pour sortir et prendre un bain de soleil. Les trois Jenkins sortirent à la file indienne de leur immense demeure. Jane remarqua aussitôt le petit William et ses parents. Des gens beaucoup trop extraverties pour qu’elle accepte de leur adresser la parole. Le foulard que portait Elisabeth dans ses cheveux roux frisés était ridicule. Pendant que la mère d’Abigail se moquait mentalement de sa voisine, Mark prit sa fille dans ses bras et ébouriffa ses cheveux blonds en rigolant légèrement. Aussitôt, Jane se retourna brusquement et lança froidement à son mari :

    « Mais qu’est-ce que tu fais là ? Ça m’a pris une demi-heure pour coiffer sa tignasse et la rendre présentable ! Non mais regarde à quoi elle ressemble maintenant, elle est horrible. À chaque matin, elle me fait une crise parce que je lui tire les cheveux en brossant… C’est moi qui endure ces cris et ben compte pas sur moi pour la peigner dorénavant. Tu détruis tout ce que je fais. »

    La fillette fixa sa mère un instant, se demandant pour quoi elle était encore une fois en colère. Puis, elle regarda son père qui lui souriait ce qui la soulagea. De toute façon, elle commençait à être habituée de la voir ainsi…

    « Ben moi, je la trouve très mignonne comme ça. D’ailleurs, elle ressemble toujours à un ange. Et il n’y a pas de problème, je vais la coiffer avec plaisir. »

    Il souleva Abi dans les airs et se dirigea vers la maison des voisins, ignorant le regard froid et méprisant de sa femme derrière son dos. Il sourit au jeune William. Pour ses sept ans, il était déjà très intelligent. Il salua aussi Elisabeth et John, deux personnes avec qui il s’entendait très bien.

    « Je vous laisse ma belle Abi comme ça elle porra jouer avec Will… Et je crois qu’elle a un faible pour lui alors dites à votre fils de ne pas lui briser le cœur », blagua-t-il.

    Il fit un clin d’œil à son bébé puis retourna auprès de Jane, sur la galerie. Celle-ci regardait attentivement les enfants s’amuser ensemble. Le petit bonhomme prit la main de la poupée de porcelaine et l’emmena dans la cour arrière. Scandalisée, la femme s’exclama :

    « T’as vu ça ? »
    « Oui, ils sont adorables. »
    « Pas du tout ! William est beaucoup trop collant avec elle… »
    « Mais voyons, elle a seulement quatre ans et… »
    « Et lui sept. »
    « Oh franchement Jane, ce sont des enfants… Il ne va pas l’agresser… »
    « Oui mais plus tard… Imagine la mauvaise influence qu’il aura sur elle. »
    « Will est un bon p’tit gars et j’ai confiance en lui. Arrête de t’inquiéter, ma chérie. »

    Avant qu’elle rajoute quelque chose, il posa un baiser sur ses lèvres et sa main sur sa cuisse. Aussitôt, elle se détendit. Ce que les gens ignoraient à propos de Jane, c’est qu’elle n’avait pas toujours été aussi chiante… Seulement Mark était au courant et il ne le dirait probablement jamais à sa fille car sa femme lui avait fait promette de ne rien dire.

♦ When there’s no light to break up the dark, I look at you.

    Après une pratique de volleyball plus qu’éreintante et une intense engueulade avec sa mère, Abigail cherchait une source de réconfort. En furie, elle sortit de chez elle et s’arrêta sur la galerie pour prendre une grande respiration. Son père était encore à l’hôpital. Étant médecin, il était souvent absent. Jane aussi était très occupée cependant, il arrivait parfois qu’elles se retrouvaient seules ensemble et ça se terminait toujours de la même façon. Une mère avec un faux sourire satisfait et une jeune adolescente en colère et sur le bord des larmes. Abi détestait pleurer à cause d’elle, c’est pourquoi aucune larme ne s’échappa de ses yeux. Elle avait l’impression que ce que sa mère voulait, c’était de la blesser et avec le temps, elle avait appris à cacher ses sentiments. Elle serra les poings et descendit les marches. Comment Mark faisait-il pour endurer une telle vache ? En tout cas, sa fille en avait plus que marre. Elles s’étaient carrément déclaré la guerre il y avait quelques semaines de cela et depuis, elle ne faisait que se crier après devant un père complètement impuissant. Il avait beau être drôle et attentionné, il avait toujours eu de la difficulté à faire face à Jane. Et maintenant, son bébé était aussi distante que sa femme. Il ne savait plus où se mettre, voilà pourquoi il avait accepté plus d’heures à l’hôpital. D’un côté, Jane lui en voulait de ne rien faire à propos de l’attitude d’Abi et de l’autre côté, sa fille le regardait comme s’il était fou. Fou, oui parce qu’il ne fallait pas être bien pour rester avec une cinglée… Le soleil se couchait, le léger vent faisait bouger sa chevelure blonde et les rues étaient silencieuses. Pourtant, elle n’était pas calme. Pour elle, il ne faisait pas beau. Une tempête ravageait son corps et elle avait l’impression que sa tête allait exploser. La rage et la haine la consumait totalement. Sa vie était un orage, aucune étincelle de soleil à l’horizon. Bien sûr, sur l’instant, il n’y avait rien de pire dans la vie que la situation qu’elle vivait… Surtout qu’elle avait une grande tendance à exagérer. Elle fixait la maison en face de chez elle, puis sans y penser, elle se mit à courir, elle traversa la rue, monta les escaliers, cogna à la porte… Elisabeth ouvrit la porte en lui offrant un de ses plus beaux sourires mais elle le perdit rapidement en voyant le visage déconfit de la belle jeune fille. Aussitôt, elle appela son fils et monta vite à l’étage. William arriva quelques secondes plus tard à l’entrée, il s’arrêta à environ un mètre de la blondinette et un regard suffit pour qu’il comprenne ce qu’elle avait. Encore une dispute avec sa mère… Mais cette fois, Abi semblait réellement au bout du rouleau. Ils se regardèrent longtemps ainsi, sans prononcer un mot. Lorsqu’il sentit qu’elle s’était calmée, enfin, il s’avança lentement vers elle. Il lui fit un petit sourire et la prit doucement dans ses bras. Il était habitué de la réconforter mais à chaque fois qu’il la serrait contre lui, il ne pouvait s’empêcher d’avoir des frissons. Pourtant, Jane avait été très claire. Tu. Ne. Touches. Pas. À. Abigail. Oh oui, parce qu’un jour, elle était venue cogner chez lui pour lui parler de sa relation avec sa très chère fille. Elle lui avait dit qu’il avait une mauvaise influence sur elle et qu’elle ne voulait pas qu’il l’impliquer dans « des trucs de vieux ». Franchement, ils avaient seulement trois ans de différence mais bon, cette femme était assez terrifiante et Will ne voulait pas que son amie s’enfonce encore plus avec sa mère. Alors, il se contentait d’ignorer les petits (non, gros) papillons qu’il avait dans le ventre. Ils s’aimaient et les deux étaient au courant de ce que l’autre ressentait mais rien n’était encore arrivé. Pour Abi, William était le seul qui la comprenait et ce, même sans parler. Quand son monde s’écroulait, il était là. Il se tenait debout, bien droit, bien fort. Et son petit côté protecteur la faisait craquer. Il prenait soin d’elle comme si elle était la première merveille du monde. Le jeune homme essaya de se détacher mais elle refusa et l’attira de nouveau vers elle. La porte était toujours ouverte et il put voir Jane sortir de chez elle, se diriger vers son automobile et partir à toute vitesse je-ne-sais-trop-où.

    « Abi… »
    « Quoi ? » lui répondit-elle d’un ton plutôt agressif.
    « Ta mère vient de partir avec la voiture... »
    « Génial, viens, on va chez moi. » s’empressa-t-elle de dire en souriant maintenant.
    « Euh… ok. » rajouta-t-il, surpris.

    Elle prit sa main et lui sourit. Ils marchèrent ensemble vers la grosse maison et une fois dans l’entrée, Abigail se tourna vers lui soudainement sérieuse. Elle plongea son regard dans le sien et s’avança vers lui. Elle posa ses lèvres sur les siennes au début maladroitement mais elle reprit de l’assurance. William hésita quelques secondes et finit par la plaquer contre le mur. Depuis le temps qu’il attendait ça… Le baiser s’intensifia mais il arrêta tout. Elle était encore trop jeune… Mais quand il vit ses yeux désireux et son sourire moqueur, il ne put s’empêcher de l’embrasser à nouveau. Il aimait bien la nouvelle Abi, celle qui se rebellait, celle qui n’avait pas peur de prendre des risques… Il ne voulait pas profiter d’elle. Non, Will était un bon gars et bien sûr comme tous les ados de dix-sept ans, il avait envie de certaines choses… mais pour Abigail, il aurait attendu des années.

    « On va dans ma chambre. »
    « Qu… Quoi ? », bégaya-t-il.
    « On va dans ma chambre. », répéta-t-elle.

    Et puis le reste, vous vous en doutez. C’était une très bonne façon de désobéir à sa mère et de lui tenir tête. Peu importe ce qu’elle pouvait bien en penser, ils étaient enfin ensemble. Mais pour l’effet de surprise, Abigail se trompait. Jane savait que cela arriverait un jour. Ils étaient encore bébés qu’on pouvait déjà voir tout l’amour qui les unissait. Bien sûr, elle n’aimait pas du tout cela mais Mark a vite réussi à la convaincre que leur relation n’avait aucune conséquence néfaste sur leur fille. Même qu’elle était maintenant plus facile à vivre.


♦ Maybe if my heart stops beating, it won't hurt this much.

    Abigail a seize ans. William a dix-neuf ans.

    Il est parti. Depuis quatre mois déjà. Et maintenant, je ne fais que survivre. Je mène un combat constant avec la bête qui me bouffe les entrailles. Elle prend rapidement du terrain et je sens qu’elle m’aura bientôt battue. Je n’ai plus envie de rien. Il n’y a pas si longtemps, nous étions encore ensemble. Il n’y a pas si longtemps, je n’avais qu’à traverser la rue pour le voir. Mais il a fallu que ma mère s’en mêle. Le père de Will était au chômage et Jane, qui ne leur parlait jamais, s’est ouvert la trappe pour me faire chier. Ils ont déménagé à Wellington peu de temps après. Par la faute de ma mère. Si seulement elle n’avait pas appris qu’il y avait des emplois disponibles là-bas… Elle n’a pas de cœur cette femme. Croyez-le ou non mais je ne lui ai pas adressé la parole depuis. Je n’arrive pas à croire qu’elle m’a fait ça et elle sait à quel point je l’aime… Mais, elle n’a aucun remord. Et je boude mon père aussi car il n’a rien fait. Je voudrais tellement avoir le support de quelqu’un… Et mes amies, elles n’y comprennent rien. Papa a laissé tomber, je le vois dans ses yeux et ça me décourage encore plus. Je vois William maximum quatre fois par mois. Ça me tue parce qu’avant, il était juste à côté… J’ai envie de partir d’Auckland. J’en ai marre et je veux simplement rejoindre l’être que j’aime. J’ai seize ans et il est plus que temps que je quitte le nid familial. D’ailleurs, je suis parfaitement autonome et je n’ai plus du tout besoin de mes parents mais bien sûr ma mère refuse catégoriquement que je quitte la maison. J’aime pas cette relation à distance et elle sera bien plus difficile à vivre au fil des mois.

    Abigail a dix-sept ans. William a vingt ans.

    La musique résonnait dans ma tête et je commençais à fatiguer. Je ne marchais pas très droit, aussi. J’ai peut-être bu quelques verres de trop… Je riais sans comprendre. Au départ, je ne voulais pas aller à cette fête mais il y avait ce gars qui m’avait carrément forcé à venir… Alors me voilà. Complètement bourrée et perdue. La dernière fois que j’étais allée à un party de ce genre, j’étais accompagnée de William. Ça faisait un mois que nous nous étions pas vus. En entrant dans l’immense villa, je me suis sentie terriblement seule et quand on m’a proposé un verre, je n’ai pu refuser même que j’en ai bu mal plus que ce qu’on m’avait offerts. J’étais au bout du rouleau. Les relations longue distance, c’étaient définitivement pas pour moi. Plus le temps filait, moins nous avions de temps pour nous voir. Les études prenant toute la place. C’était trop compliqué et j’en avais marre de m’ennuyer de lui. Je voulais l’avoir avec moi, je voulais qu’il me touche, qu’il m’embrasse, qu’il me fasse l’amour… Moralement, cette situation était exigeante. J’étais toujours marabout et je m’éclipsais du monde en étant continuellement en train de lui texter. Soudainement, Zack apparaît devant moi avec un grand sourire. Durant un moment, je le voyais flou mais je me suis concentrée et ses jolis traits se sont clarifiés. Il semblait nerveux et même si je n’étais pas vraiment là, je compris qu’il avait quelque chose à me dire.

    « Que veux-tu, Zack ? », demandai-je, irritée.
    « Abi… J’ai quelque chose d’important à te dire. »

    Je ne compris pas tout mais j’ai lentement hoché ma lourde tête. J’avais mal à la tête et j’avais l’impression que tout se passait aux ralentis. Il m’a pris la main et je fus légèrement agacée par ce geste car je n’ai pas habituée à ce qu’un autre garçon que William me touche. Il m’emmena dans un endroit plus calme et me demanda si je voulais aller chez lui. Il habitait à quatre maisons de là. J’ai donc accepté me doutant loin de la suite des événements. J’étais chancelante et Zack le savait, c’est pourquoi il me prenait par la taille. Une fois arrivés dans son salon, je lui ai demandé :

    « Qu’est-ce… tu veux me dire ? » demandai-je avec fatigue.
    « Hum… ben… je… depuis un moment, je… et ben, j’ai un œil sur toi… Je t’aime, Abi. »

    Je restais figée sur place, me demandant si l’alcool me jouait des tours mais en voyant le regard qui me fixait, j’ai compris que j’avais bien entendu. Il m’aimait. Prenant mon loonnnng silence pour un « moi aussi », il s’avança vers moi et mis sa bouche à quelques centimètres de la mienne. J’ignorais comment réagir. Pourtant, il savait que j’étais avec Will. D’ailleurs, autrefois, les deux avaient été amis. Encore une fois, il prit mon silence pour une approbation mais j’étais complètement dépassée par les événements. Il m’embrassait mais je n’en avais pas réellement conscience. Mais que se passait-il ? J’avais l’impression que c’était William mais bien sûr, je n’avais pas tout mon esprit. Je me suis donc laissée faire jusqu’à ce que les choses aillent beaucoup trop loin.

    William a vingt ans. Abigail a dix-sept ans.

    Je n’aurais jamais cru cela d’elle, j’ai peine à y croire. J’ai mis tant de confiance en elle et regardez ce qu’elle en fait. Je suis sous le choc, comment a-t-elle pu ? Mon amour… Ma petite Abi. Un ange, cette fille. Mais où est donc partie celle que j’ai toujours connue, aimée ? Je n’aurais jamais pensé que notre histoire se terminerait ainsi… Je sais que notre relation à distance était difficile mais de là à me tromper avec un ancien ami… J’ai de la misère à réaliser que c’est fini. Vraiment. Jamais plus je ne serrerai ma Abi dans mes bras.


BEHIND THE SCREEN
.

présentation rapide ♦️ Émilie mais j'aime bien quand on me surnomme « Émi » xD Et j'ai 14 ans et 7 mois mdrr
avatar ♦️ La belle Agron est à moi (aa)
commentaire ♦️ Je suis en amour avec ce forum. C'est assez ? bigsmile
le mot magique ♦️ okay par émilie (l'admin, hein. *baaf*)


Dernière édition par Abigail P. Jenkins le Ven 7 Mai - 3:01, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-york-i-loveyou.forumactif.org/
Vangelis Castell
CRUELLA ADMIN ♦ one little angel face and you can rule your world
avatar

♦ messages : 946
♦ copyright : avatar©BS | gifs©mechanical heart


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 19 YO (151 YO)
JOB: working in the central library
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Mer 28 Avr - 0:22

Dianna t'est réservée pour une semaine. =p
Bienvenue & bonne chance pour ta fiche. bigsmile

_________________

    Throw it away. Forget yesterday. We'll make the great escape. We won't hear a word they say. They don't know us anyway. Watch it burn. Let it die. COSE WE ARE FINALLY FREE TONIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endless-starlight.bbactif.com
Elizabeth Callen
BLOODY ADMIN i will watch you die.
avatar

♦ messages : 478
♦ copyright : cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1540 ans (23 ans)
JOB: curator at the Wellington museum
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Mer 28 Avr - 7:41


    Bienvenue sur ES Smile

_________________



    YOU SON OF A BITCH !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 88
♦ copyright : CaTa`Str0ph!


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 23 years old
JOB: Fleuriste
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Mer 28 Avr - 9:08

Bienvenue et bon courage pour ta fiche cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel McGregor

SPARKLING ANGEL

Together In All These Memories.

avatar

♦ messages : 172
♦ copyright : © tiin0


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 29 ans
JOB: Reporter photographe
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Mer 28 Avr - 10:01

Bienvenue waaa waaa
& Bonne Continuation jap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soren M. Fisher
GRIM REAPER ♦ I'm going to rip you appart
avatar

♦ messages : 193
♦ copyright : © pseudo : moi-même aka Blueson ♦ avatar :Shiya ♦ icone : mymz


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 23 ans
JOB: Mécano dans son propre garage / Coureur dans les courses de voitures clandestines
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Mer 28 Avr - 10:19

    Bienvenue ici et bonne chance pour la fiche Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 51
♦ copyright : ©Anat


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1525 ans mais en parait 25
JOB: Prétenduement fils de milliardaire.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Mer 28 Avr - 12:26

    Bien le bonjour Very Happy Bienvenue ! Je te souhaiterai un bon jeu quand ça sera le moment. Pour l'instant... Souffre en faisant ta fiche Very Happy Courage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary Jane Herrington
WILD ADMINfollow her into the darkness, she's lost in the dark
avatar

♦ messages : 397
♦ copyright : © pseudo, nightfall ♦ giulia (avatar) & livejournal (icons)


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 22 YO
JOB: barman at the loaded hog
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Ven 30 Avr - 21:21

    Bienvenue & bonne chance pour ta fiche roock

_________________

    a goddess on a mountain top was burning
    like a silver flame she's got it yeah, baby
    she's got it well, I'm your venus, i'm your fire
    at your desire her weapon were her crystal eyes
    Making every man mad BLACK AS THE DARK
    NIGHT SHE WAS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 33
♦ copyright : (c) cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 20 ans
JOB: Étudiante en journalisme & « barman » au Flamingo.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Ven 30 Avr - 23:13

    Merci à tous pour cet accueil loveee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-york-i-loveyou.forumactif.org/

♦ messages : 33
♦ copyright : (c) cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 20 ans
JOB: Étudiante en journalisme & « barman » au Flamingo.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Ven 7 Mai - 3:05

    Je pense bien avoir terminé ma fiche... C'est normal si elle n'est pas très claire car je préfère développer l'histoire et tout en rp dream
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-york-i-loveyou.forumactif.org/
Elizabeth Callen
BLOODY ADMIN i will watch you die.
avatar

♦ messages : 478
♦ copyright : cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1540 ans (23 ans)
JOB: curator at the Wellington museum
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying Ven 7 Mai - 9:39


    Oh bah c'est pas joyeux pour elle la pauvre x)
    Très bien, je suis sure que tu développeras ça bien, j'aime bien comme tu écris Smile
    Tu es validée ! Je te souhaites un bon jeu parmi nous !

_________________



    YOU SON OF A BITCH !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying

Revenir en haut Aller en bas

Abigail ♦ I'm not perfect but I keep trying

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ENDLESS STARLIGHT :: 
« SECOND STEP ♦ your lovely character »
 :: 
« SO, WHO ARE YOU, LITTLE KID ? »
 :: PRESENTATIONS VALIDEES
-