AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« What You Waiting For ? » ♣ Lune R.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Angel McGregor

SPARKLING ANGEL

Together In All These Memories.

avatar

♦ messages : 172
♦ copyright : © tiin0


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 29 ans
JOB: Reporter photographe
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: « What You Waiting For ? » ♣ Lune R. Lun 3 Mai - 22:04




Avril 2010 ♣ Roseneath, Wellington
MAISON DE LUNE ROCKHOOD; N°1603




Citation :
Demain 10h, 1603 Roseneath. C’est un petit manoir, style victorien. Je n’ai pas choisi alors ne juge pas. Je te donnerais les réponses que tu voudras. Mais avant tout. Sache qu’il y a des choses qu’il vaut mieux que tu évites de savoir, pour ta sécurité. Si tu ne viens pas je jugerai notre marché nul et non avenu et… Enfin tu connais le risque.

Ces paroles restèrent toutes la soirée ou plutot tout le retse de la matinée dans ma tête. Je n'avais fait que tourner dans mon lit, ne trouvant pas le sommeil malgrès une fatigue omniprésente du début à la fin. Je ne savais quoi faire alors que ma avenir était en jeu. Ce Lune dont je ne connaissais même pas le nom m'avait bien eut et il avait totalement raison lorsqu'il disait que je n'avais pas le choix. Ma réputation était en jeu ainsi que ma vie. Je ne voulais pas tout gacher et pourtant, le fait qu'un inconnu, comme lui, vienne à ma rencontre pour que je lui vende mes informations ne me plaisait guère. Je mettais ainsi mon travail en péril pour une simple personne en qui je n'avais pas encore confiance. Mais encore une fois, je n'avais pas le choix. J'étais dans l'obligation de me rendre chez dans quelques heures et d'écouter ce qu'il avait à me dire. Il voulait répondre à mes questions, tant mieux car, pour le moment, je n'avais rien à lui donner.

Ce n'est que plus tard dans la matinée que j'arpentais enfin le quartier Roseneath, vétu simplement avec une chemisette bleu clair et un bermuda blanc accompagné d'une paire de converse basse de couleur blanche. Je portais, comme toujours, mes lunettes de soleil sur le bout de mon nez. Une habitude que j'avais prise dès mon arrivée à Wellington et qui ne m'avait plus quitté. Malheureusement, plus j'avançais dans la rue et plus j'avais envie de m'enfuir et faire demi-tour. Lune était un homme mystérieux et ma curiosité remportait sur tout le reste. C'est pourquoi, alors que ma montre affiché 9 heure et 53 minutes, je fis mes premiers pas sous le porche du manoir Rockhood. Un manoir qui m'en laissait la bouche ouverte. D'extérieur, il paraissait grand, luxueux et parfaitement d'époque. Je sonnai à la porte. Un homme, autre que le jeune homme auquel je m'attendais, apparut. Ce qui n'aurait pas dû m'étonné. Connaissant aujourd'hui sa fortune de part l'argent qu'il me proposait par mois et vu la demeurre dans laquelle il vivait, j'aurais pu me douter que Lune avait un major d'homme... Qui n'était pas forcément comme les autres.

- Bienvenue au manoir Rockhood, monsieur McGregor. Me dit-il séchement. Je fus surpris de l'accueil. Cet homme était si neutre, si froid et distant que je commençais à comprendre pourquoi Lune l'avait choisi. Il avait en plus un sens très développé d'un accueil chaleureux. Suivez-moi, monsieur Rockhood vous attend dans sa bibliothèque principale.
- Parce qu'il existe aussi des annexes. Un léger rire se fit entendre de ma part. Cependant, il se retira aussi vite qu'il était apparut en constatant que mon guide restait de marbre. Franchement, ça devait être joyeux les fins de soirée ici. Je suivis le major d'homme sans dire un seul mot. J'observais simplement la magnifique architecture du lieu, pour finalement arriver à l'endroit désiré. Après avoir frappé, cet homme à l'humour "surdimensionné" me fit signe d'entrer.
- Monsieur Rockhood, Angel McGregor vient d'arriver. J'entrais alors dans la pièce, tapotant au passage sur l'épaule de mon ami le guide. Je souriais avant de jetter mon regard azuré dans la direction de Lune.
- Comme convenu, me voilà chez toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 51
♦ copyright : ©Anat


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1525 ans mais en parait 25
JOB: Prétenduement fils de milliardaire.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: « What You Waiting For ? » ♣ Lune R. Mar 4 Mai - 21:48

La nuit noire était un élément réconfortant du décor ambiant. Voilà des heures qu’il était rentré chez lui. Jack avait veillé toute la nuit, attendant que Lune rentre. Il n’avait pas toujours été son maître d’hôtel. Non il avait été cinquante ans plus tôt son amis. En découvrant que Lune ne vieillissait pas il avait décidé de rester cloîtrer dans Le Manoir. Vivant en son sein, ne sortant que pour faire des courses. Il s’était coupé du monde, parce que Lune lui laissait disposer de ses biens. Proche de son 70ème anniversaire, l’homme était encore pimpant. Vivant en maître d’hôtel particulier il avait sous ses ordres trois femmes de ménages, qui s’occupaient de l’entretient, qui ne savaient même pas pour qui elles travaillaient. Lune ne se préoccupait que d’une chose. Vivre dans la plus grande propreté.

Assis depuis plus d’une heure dans la bibliothèque du 1603 Roseneath, Lune lisait, un ouvrage particulièrement précieux à ses yeux. Il l’avait acheté pour plus d’une centaine de milliers de dollars. Une bible de Gutenberg. Il n’était pas croyant pour un sous, mais se plaisait à feuilleter l’ouvrage de temps en temps. Il posa cette antiquité sur la table avant de prendre un livre d’une de ses auteures favorites. La douleur, une œuvre fabuleuse, écrite par Marguerite Duras. C’était une des rares femmes qui réussissaient à l’émouvoir par son style seul. Mais l’émotion ne dura pas. L’horloge annonçait 9h54. Lune ignorait si l’humaine viendrait. Enfin, sur sa venue il n’avait aucun doute, c’était plus sur sa ponctualité qu’il s’interrogeait. Car il avait constaté que depuis quelques siècles, le respect des choses simples comme l’heure, n’était plus vraiment matière à préoccupation. Les plus jeunes pensaient que s’ils étaient en retard les gens comprendraient, ils étaient même prêts à inventer des excuses abracadabrantes pour ça. Mais à 9h55, il entendit la porte s’ouvrir à l’autre bout du manoir. Un petit sourire aux lèvres il rangea les livres, une petite dizaine, qui s’entassaient sur le bureau, le tout prix moins de deux minutes, la force de l’habitude et de sa vélocité sur-humaine.

Lorsqu’il entra dans la bibliothèque Lune resta impassible. Même lorsqu’Angel manqua de respect à celui qui le servait depuis plus de quatre décennies le visage du Valtafëa resta de marbre. Il aurait pu tuer le jeune avorton pour ça, de plus il savait que Jack s’était senti offensé de ce contact avec un inconnu. Mais voilà, alors qu’il aurait pu bouillonner intérieurement des heures, il préféra faire le vide. C’était plus constructif. Puis, son esprit analysa, ce geste en apparence décontracté était peut-être un symbole du malaise que ressentait le jeune homme. Dans ce cas là, alors Lune pouvait en tirer une certaine gloire. Une fois qu’il fut près du bureau, Lune lui fit signe de s’asseoir, pas comme un grand aristocrate, seulement une invitation, après tout se disait Lune, s’il préférait rester debout c’était son droit. Face au ton un peu brusque du jeune humain, le jeune Rockhood se retint de lui parler avec violence.

    Lune » Sois le bienvenu chez moi Angel. Saches que je suis très heureux de te voir, comme tu es venu, je suppose que je dois gagner ta confiance maintenant. Poses moi les questions que tu veux. Je tâcherais d’y répondre.


Ce n’était pas totalement vrai, mais que faire ? Lune savait très bien qu’il ne dirait jamais toute la vérité. Il ne le pouvait pas c’était contre les règles, contre nature. Alors à défaut de dire la vérité à ce jeune homme qui allait le questionner, il préférait promettre de répondre, tout en étant le plus proche de la réalité et tant qu’il jugeait que le secret n’était pas en danger. Car Lune protègerait le secret quoiqu’il en coutât. Peu lui importait de devoir se débarrasser d’un cadavre, ou de transformer en Valtafëa le mâle à l’odeur si particulière. Tant que leur existence n’était pas dévoilée au grand jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel McGregor

SPARKLING ANGEL

Together In All These Memories.

avatar

♦ messages : 172
♦ copyright : © tiin0


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 29 ans
JOB: Reporter photographe
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: « What You Waiting For ? » ♣ Lune R. Mer 5 Mai - 23:01




Avril 2010 ♣ Roseneath, Wellington
MAISON DE LUNE ROCKHOOD; N°1603




- Comme convenu, me voilà chez toi. Je n'étais pas heureux d'être ici. Cela devait se voir. Je n'aimais pas être forcé de faire telle ou telle chose et pourtant, contre toute attente, j'étais tout de même venu. Je n'étais pas fou ! J'avais une vie et une réputation a sauvé malgrès le fait que j'en moquais un peu. Lune me fit signe de m'asseoir. En avais-je envie ? Peut-être. Peut-être pas. J'avais perdu tout mon libre-arbitre en entrant dans cette demeure victorienne. Finalement, après avoir longuement fixé Lune des yeux, il s'installa confortablement dans ce fauteuil qui lui était offert.
- Sois le bienvenu chez moi Angel. Saches que je suis très heureux de te voir, comme tu es venu, je suppose que je dois gagner ta confiance maintenant. Poses moi les questions que tu veux. Je tâcherais d’y répondre.

Etait-il sincère en m'avouant pouvoir lui poser toutes les questions me venant en tête ? Il y avait toujours autant de mystère dans les propos du jeune Rockhood que je ne savais jamais comment comprendre ces paroles. Et surtout, allait-il être sincère ? La question a 1 000 000 de dollars néo-zélandais venait d'être posé. S'il mentait, je savais très bien que je ne verrais contrairement à d'autres qui laissait totalement transparaître leur mensonge. Mais comme je le disais, Lune est mystérieux tout comme ces réponses le sauraient. je devrais donc faire la part des choses avant d'en déduire que la vérité venait de m'être révélé. Je baissais les yeux quelques micro-secondes, me rendant compte que si je continuais sur cette lancée, mon malaise se verrait. Je craquais mes doigts comme un pianiste avant de me redresser et de m'accouder au bureau du propriétaire de cette maison.

- Très bien. Prononçai-je premièrement. Mon regard s'intensifia sous le poids des questions qui me vinrent à l'esprit. Oui, j'en avais beaucoup et oui j'en attendais des réponses. Lune n'avait désormais plus le choix. Il devrait répondre à toutes les interrogations que j'avais en tête. Pour commencer, pourquoi avoir fait autant de recherche sur moi et mon passé ? Demandai-je en premier. C'était ce que me semblait être le plus important avant de rentrer dans le vif du sujet. Et puis, tant qu'on y est et pendant que j'écoute ta réponse, pourrais-je avoir ce foutu dossier que tu m'as promis hier soir ?

En effet, je voulais enfin connaître le fin mot de l'histoire. Je voulais savoir ce qu'il m'était arrivé cette nuit de juin, il y a déjà huit ans de cela. Je ne me souvenais que très vaguement de cette soirée. Je me souvenais avoir bu, beaucoup bu. Je me rappellais également que je m'étais rendu dans le premier bar qui m'étais tombé sous la main : un bar gay nommé le Wellingayton Club. Dernier détail de cette sortie ien solo, je me souvenais être monté sur le bar du club, d'avoir enlever mon tee-shirt et de mettre mis un danser devant un nombre important d'hommes qui me fixaient en évitant de louper une seule seconde du show improvisé. Mes souvenirs s'arrêtaient là. Après c'était le néant le plus total jusqu'à mon réveil dans ce fameux lit au côté d'un inconnu, tous deux dévétus entièrement. C'est pourquoi, je voulais comprendre et enfin pouvoir oublier toute cette histoire car, apparement, l'homme en question ne vivait plus parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 51
♦ copyright : ©Anat


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1525 ans mais en parait 25
JOB: Prétenduement fils de milliardaire.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: « What You Waiting For ? » ♣ Lune R. Lun 10 Mai - 23:58

Lune se demandait encore comment les hommes pouvaient être aussi sûrs d’eux. Ils n’avaient à ses yeux aucune raison de l’être après tout, n’avaient-ils pas une vie follement éphémère, un corps friable et un cerveau extrêmement limité ?Alors qu’Est-ce qui faisait d’eux des êtres aussi inlassablement sûrs d’être les plus forts ? La seule réponse qui lui venait en tête ne leur était pas favorable, il s’agissait de leur bêtise. Non pas qu’ils fussent tous décérébrés. Mais pour Lune cette incapacité, au demeurant chronique, à détecter un danger tel qu’ils l’étaient, relevait de la pure stupidité. Cependant Lune ne s’en formalisa pas, habitué par un millénaire de démonstration fière de la débilité de la race humaine, il était frappé d’une certaine nonchalance face à cette ignorance cruelle. Pendant un instant le regard doré du Valtafëa se porta uniquement sur les lèvres de l’autre homme. Bien sûr ce n’était pas une insistance visible mais en fait c’est yeux faisaient abstraction du reste. Pour se consacrer à ce qu’ils voulaient, l’ouverture de l’âme, un baiser et il serait mort. Un mot de travers, un mot de trop et il serait embrassé. La vie ne tenait qu’à un fil et il le saurait rapidement s’il ne prenait pas garde.

Lune savait très bien qu’en l’autorisant à poser les questions qu’il voulait il avait lâché le fauve. Qu’il croulerait sous les demandes, les interrogations et que bientôt il devrait refreiner le jeune homme. La première question se voulait agressive, un peu comme s’il avait voulu compter les points et pensait qu’en posant des questions auxquelles Lune aurait du mal à répondre en toute franchise il gagnerait rapidement des points. Mais ce n’était pas bien connaître le maître des lieux. Sa franchise n’avait de limite que son âge et ce n’était pas, et de loin, la question la plus complexe à laquelle répondre. Il n’y avait même pas besoin de fournir un mensonge tant la vérité était simple à dire.

    Lune » N’es-tu pas journaliste ? Tu sais comme moi à quel point la curiosité peut mener loin. Je me suis renseigné, avant d’arriver ici, sur toutes les figures importantes, influentes, montantes et politiques de la ville. Tu étais sur la liste. J’ai donc fait mener des recherches sur toi. Rassure toi, tu n’es pas un cas isolé, ils sont plus de 2000 à Wellington à avoir fait l’objet d’une enquête.


L’immortel fit une pause. Voilà qui était franc. Normal après tout. Puisque ce n’était que la vérité. Lune ne voyait aucune raison de ne pas jouer carte sur table. Puisqu’apparemment le jeune humain semblait angoissé à l’idée d’avoir fait l’objet d’une recherche, mais son hôte tenait à le rassurer, ce n’était pas lui le seul dans ce cas, il aurait même dû être honoré d’être parmi ceux qui avaient été des objets d’enquête. Sa deuxième question était toute aussi légitime, il était normal qu’il veuille voir les résultats des recherches menées par les détectives sur lui.

    Lune » Tu veux voir ton dossier. Je m’y attendais un peu, alors je te l’ai mis sur le bureau. Tiens. Je te promets qu’il est complet. Je n’ai pas à te le cacher, d’ailleurs je sais l’essentiel de tout ça.


Le paquet de feuilles réunies dans une pochette blanche était l’un des plus petits de la collection du jeune milliardaire. Il le lui fit passer en lui tendant la main. Les choses n’étaient pas classées, il n’avait pas pris le temps de tout ranger, sa mémoire impressionnante avait de toute façon mémorisé les informations les plus importantes. Il n’était pas curieux de nature mais aimait arriver en terrain conquis, aussi il avait lancé plusieurs fois des recherches, dans chaque nouvelle ville. Il s’était ainsi rendu compte qu’il avait pu plus facilement obtenir ce qu’il voulait, sa fortune et ses informations lui donnant une capacité d’accès à l’information plus grand.

    Lune » Il était trop défoncé pour abuser de toi. Et je t’ai dit qu’il était mort quelques jours après ? En fait il est mort le lendemain.


Le reste de l’histoire était pour plus tard et Lune n’était pas du genre à céder un bout de territoire quand il n’en avait pas envie. Or dire à Angel la toute vérité sur l’affaire aurait été trop dangereux. Pour chacun d’entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel McGregor

SPARKLING ANGEL

Together In All These Memories.

avatar

♦ messages : 172
♦ copyright : © tiin0


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 29 ans
JOB: Reporter photographe
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: « What You Waiting For ? » ♣ Lune R. Jeu 13 Mai - 19:56




Avril 2010 ♣ Roseneath, Wellington
MAISON DE LUNE ROCKHOOD; N°1603




- N’es-tu pas journaliste ? Tu sais comme moi à quel point la curiosité peut mener loin. Je me suis renseigné, avant d’arriver ici, sur toutes les figures importantes, influentes, montantes et politiques de la ville. Tu étais sur la liste. J’ai donc fait mener des recherches sur toi. Rassure toi, tu n’es pas un cas isolé, ils sont plus de 2000 à Wellington à avoir fait l’objet d’une enquête. Je le regardais s'exprimer et il me surprit encore une fois en me révélant le nombre d'enquêtes qu'il avait mené jusque là. Pourquoi autant de personnes ? Pourquoi vouloir connaître tout sur tout le monde ? Je ne saisissais pas l'avantage qu'il pouvait en tirer à part le chantage comme le jeune Rockhood faisait actuellement avec moi. Tu veux voir ton dossier. Je m’y attendais un peu, alors je te l’ai mis sur le bureau. Tiens. Je te promets qu’il est complet. Je n’ai pas à te le cacher, d’ailleurs je sais l’essentiel de tout ça.

J'attrapais mon dossier et l'ouvrit sans attendre une seconde. Ma curiosité et le recherche de la vérité sur cette soirée était forte. Bien plus forte que ma retenue. Rien n'était rangé. Je n'avais plus qu'à mettre les choses en ordre par moi-même tout en m'informant. Les premières pages n'étaient pas si intéressante que ça : mon parcours scolaire et professionnel, mon casier judiciaire, quelques histoires sans importance. Je lisais le tout assez rapidement, vu que rien ne m'intéressait pour le moment. Je continuais dans ma lancée alors que Lune reprenait la parole. Je ne relevai pas ma tête. S'il voulait parler qu'il le fasse, je n'étais pas obligé de le regarder dans les yeux pour l'entendre.

- Il était trop défoncé pour abuser de toi. Et je t’ai dit qu’il était mort quelques jours après ? En fait il est mort le lendemain.

Je me redressais alors. Pas à cause de ces propos, ni à cause du fait que je n'avais finalement pas coucher avec cet homme. Mais parce que je venais de tomber sur le certificat de décès de mon frère ainé ainsi que du rapport de police sur son suicide. Je n'avais jamais parlé de cet évènement à personne. Même mon meilleur ami ne le connaissait pas. J'étais énervé. Cependant, j'essayais de rester calme, ce qui n'était pas dans mes habitudes. Peut-être que l'annonce de Lune à propos de la nuit en question m'avait soudainement apaisé ? Dans une situation normale, je l'aurais déjà frappé pour avoir osé se renseigner sur lui. Il voulait des informations sur moi. D'accord. Mais il n'avait en aucun cas le droit de faire des recherches sur mon frère décédé. Je reprenais peu à peu mes esprits. Je ne voulais pas paraître instable, énervé ou encore faible devant cet individu dont je ne connaissais toujours presque rien. Je prenais simplement mes précautions. Je retournais dans ce fameux paquet de feuilles.

- Et il est mort comment ? Demandai-je à m'attardant alors sur la soirée en question. Lune avait même réussi à retrouver des photos du show que j'avais pu donné dans ce bar gay. Comment était-ce possible ? Comment pouvait-il avoir autant d'info sur une nuit dont moi-même je me souvenais à peine ? En tant que journaliste ou même flic, il aurait été très efficace. Mais à mon avis, l'argent y était pour beaucoup. Je me surpris à jetter un oeil à ces photos. C'était impenssable que je me demandais comment j'avais pu en venir à... à ça. Comment as-tu pu trouver ces photos ?! Demandai-je en haussant la voix et en continuant de les regarder. Je m'attardais alors sur la dernière où l'on me voyait très bien danser de façon très collé/serré avec l'inconnu à côté duquel je m'étais réveillé. C'est bon, j'en ai assez vu. Pas besoin de répondre à la deuxième question. Je préfère connaître tout sur notre futur arrangement. Prononçai-je en reposant le dossier sur le bureau. Mes yeux bleus se posèrent alors froidement dans ceux de Lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 51
♦ copyright : ©Anat


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1525 ans mais en parait 25
JOB: Prétenduement fils de milliardaire.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: « What You Waiting For ? » ♣ Lune R. Dim 16 Mai - 21:58

Comment expliquer à un jeune homme que la personne qu’il avait en face de lui, n’était ni humaine dans l’essence ni humaine dans les actes ? Parce que si Lune avait l’apparence d’un homme, il n’en avait ni la façon de penser, ni la manière d’agir. La mort de ce salopard ? Il en était la cause, en spectateur de la soirée arrosée qu’avait vécu Angel, il avait suivi les deux jeunes hommes, le premier profiteur, qui embrassait sans jamais être repu le beau journaliste, le second victime qui se laissait embrasser sans en éprouver ni satisfaction ni aucune indignation. Les souvenirs dans sa mémoire étaient encore clairs, comme un film qu’il aurait déroulé en accéléré. Il avait pu constater l’impuissance chronique des deux jeunes hommes à tenir debout une fois consommer une autre drogue. Le lendemain il était mort, pour avoir tenter de violer ce que Lune aurait préféré prendre.

    Lune » La police a retrouvé sa tête séparée de son corps, apparemment un crime assez atroce, mais comme personne ne le connaissait, qu’il était un rejet de la société. Les médias n’en ont pas parlé. Quant à moi j’ai suivi l’affaire en payant des gens. Pour ce qui est des photos, je te prie de te calmer. Ce n’est ni plus ni moins que des photos que mes enquêteurs ont trouvées en fouinant dans les archives des photos prises lors des soirées.


Sa colère amusait Lune, il n’était pas assez réfléchi pour comprendre que l’immortel le menait en bateau. Non pas au sens premier où il lui racontait des mensonges qu’Angel avalait, mais dans le sens où Lune le faisait aller là où il voulait et cela sans grande difficulté. Lune avait vu le regard du jeune homme se poser sur le rapport de décès de son frère. D’un geste souple il avait attrapé un dossier plus fin, d’une autre couleur, que celui d’Angel. Sur la tranche on pouvait voir un nom, John McGregor, suivi d’une très froide croix noire. Signifiant qu’il n’était plus de ce monde. Ces dossiers, blancs, étaient ceux qui n’avaient pas été objets d’enquête. Lune avait juste eu, lors de ses investigations sur plusieurs personnes, des renseignements sur lui, alors de ces informations était né un dossier. Ce jeune homme avait eu quelques soucis.

    Lune » Ici j’ai un mini-dossier sur ton frère, je n’ai pas investigué sur lui, ce sont des éléments tirés de différents dossiers que j’ai monté, qui m’ont mené à réunir ces papiers et informations. J’espère que je ne t’apprendrais rien en te disant que le suicide de John… ne me semble pas en être un.


Le côté incisif d’Angel amusait beaucoup l’immortel. Il comprenait aisément que sa colère soit profonde et son empressement à en finir avec leur entrevue n’était que plus compréhensible. Mais il n’avait pas encore saisi que Lune voulait s’en faire un ami. Il était prêt à l’aider dans tout ce qu’il voulait, lui donner les moyens de mener ses propres investigations. Maintenant il fallait expliquer.

    Lune » De deux choses l’une. Je ne voulais pas avoir à te faire de chantage, mais je n’avais pas non plus envie de perdre mon temps dans des bavardages inutiles. Notre accord ? Il est simple. Je te laisse utiliser mes ressources, tu fais tes investigations. Tu n’auras qu’à demander, et je donnerai des coups de fils pour t’obtenir des autorisations. 10000$ par mois seront versés sur ton compte. Tout ce que je te demande en échange de mon réseau, de l’ouverture des portes que te permettent mes connaissances, c’est que tu me tiennes au courant de tout. Pour finir je vais ajouter un prix sur la table. J’accepte de t’aider à trouver qui a fait en sorte que ton frère se suicide. Peu importe ce que ça coûtera.


Ses yeux azurés s’étaient depuis longtemps plantés dans ceux d’Angel. Il voulait gagner sa confiance, mais ne sachant comment faire il ne pouvait qu’abattre des cartes qu’il avait en main. Heureusement en chanceux joueur qu’il était il avait une main pleine d’atouts. Angel devait le faire confiance. C’était une question de vie ou de mort, même s’il ne le savait pas. Il finirait par en savoir trop et ce jour-là Lune n’aurait que deux possibilités. Soit l’assujettir comme ça avait été le cas avec Jack, soit le tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « What You Waiting For ? » ♣ Lune R.

Revenir en haut Aller en bas

« What You Waiting For ? » ♣ Lune R.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ENDLESS STARLIGHT :: 
« WELLINGTON CITY ♦ in the north »
 :: 
« ROSENEATH »
-