AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(V) Athena - Dark strengh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

♦ messages : 27
♦ copyright : livejournal


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 22 yo
JOB: Pilote de chasse
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 17:55



(c) Believe
Athena Nevaeh Anderson
22 yo & 1st mars 1988


AND YOUR POKER FACE ?
.

NOM AU SEIN DES VALTAFËA ♦️ Cara
ÂGE RÉEL ♦️ 408 ans
DATE DE NAISSANCE ♦️ 8 avril 1602
DATE DE RECONVERSION ♦️ 23 octobre 1624
LIEU DE RECONVERSION ♦️ Tortuga, Caraïbes

LITLLE MORE PRECISIONS
.

QUE FAITES-VOUS A WELLINGTON ? ♦️ Athena a toujours aimé voyager. Il faut dire que ces longues années lui ont permis de voir la plupart de ce qu'il y avait à voir sur cette planète. Il y a trois mois environ, elle a décidé de changer d'air et choisit donc la Nouvelle Zélande. C'est un peu par pur hasard qu'elle s'est retrouvée ici. Il lui suffit de feuilleter un guide touristique pour se décider et venir vivre ici.

QUELLES SONT VOS PROIES FAVORITES ? ♦️ Athena n'a pas vraiment de proie favorite. Elle se jette sur ce qu'elle trouve, lorsqu’elle est affamée. Mais s'il fallait faire un choix, en grande connaisseuse, elle a un goût particulier pour les jeunes hommes, surtout lorsque ce sont des imbéciles de première, prétentieux pensant que tout leur est du.

ÊTES-VOUS SATISFAIT DE VOTRE CONDITION DE VALTAFËA ? ♦️ Comment dire... Athena n'est pas vraiment satisfaite. Elle aurait mille fois préféré rejoindre ceux qu'elle aime le jour où tout a basculé, mais on ne lui a pas laissé le choix. Cette vie la dégoûte, à un point à peine imaginable. Mais elle doit faire avec. Au début, ce fut vraiment dur. Mais elle a fini par accepter les choses telles qu'elles sont et se résigna à être celle qu'on a fait d'elle. Lors des premiers siècles de sa vie de Valtafëa, Athena avait beaucoup de mal à savoir quoi faire, et tout finissait en fait en désastre. Mais aujourd'hui, elle a réussit à profiter de la situation. Ce dont elle ne voyait au départ que le coté monstrueux devint d'un coup plus clair. Elle avait le pouvoir de faire tourner les choses en sa faveur, quoi qu'il se passe. Maintenant, elle se sentait forte, puissante, sure d'elle. Et elle pouvait faire ce qu'elle estimait juste. Elle ne s'attaquait jamais à des personnes innocentes, préférant de loin tuer ceux qui avaient fait le mal. Elle rendait vengeance, elle leur faisait payer leurs crimes. Maris infidèles, meurtriers, voleurs, tous pouvaient y passer. Elle avait même établit quelques règles propres à elle-même : ne jamais tuer d'enfant ou d'innocent. Bien sur, elle se réservait le droit de leur prendre leur âme si la raison est légitime. Mais elle réfléchit toujours à deux fois avant de le faire, ne voulant pas obliger quelqu'un à vivre ce qu'elle a du vivre. D'ailleurs, il lui arrive très peu souvent de faire de quelqu'un un Valtafëa, étant en général bien plus enthousiaste pour ôter la vie.

VOUS AVEZ BIEN ENCORE UNE PART D'HUMANITÉ, N'EST-CE PAS ? ♦️ Athena a essayé de conserver la plupart de son humanité. Sa vie quotidienne, elle la mène comme toute jeune femme normale. La blonde fume et boit beaucoup en particulier. Elle mène son existence vraiment simplement, comme toute humaine. Pour ce qui est des manies, Athena a pris l'habitude de passer sa main dans ses cheveux pour ramener ses mèches vers l'arrière. Elle place aussi souvent ses mains sur ses hanches lorsqu'elle écoute quelqu'un parler. Ce qui joue beaucoup aussi chez elle, c'est le tas de mimiques et de grimaces qu'elle peut faire en une journée. Il lui arrive souvent de rouler des yeux, ou de plisser les paupières, froncer les sourcils, cligner des yeux... Et l'habitude la plus flagrante de toutes est sûrement le fait que, malgré sa force surhumaine, Athena aime utiliser des armes. En fait, avec le temps, elle a pris goût au meurtre, et il lui arrive de tuer sans que sa faim soit vraiment là. Elle tue alors comme toute personne normale et adore utiliser couteaux et autres armes.

COMMENT VOUS DÉCRIREZ-VOUS EN QUELQUES MOTS ? ♦️ Violente, agressive, insensible d'apparence, sanguinaire, froide, solitaire, haineuse, très intelligente, perspicace, ambitieuse, battante, courageuse, non sociable, secrète, provocatrice, bagarreuse, insatisfaite, pessimiste mais se dit réaliste, juste, rebelle, fidèle mais ne croit plus en l'amour, sauvage, impulsive, cynique, ironique, sadique, directe, irrespectueuse, machiavélique, téméraire, intrépide, sans scrupules, sans remords, nostalgique, calculatrice, peu souriante, méchante, fatale, démoniaque, cruelle, moqueuse, rentre-dedans, fonceuse, sournoise, sûre d'elle, loyale, dominante, extrêmement protectrice avec ceux à qui elle tient, aventurière, manipulatrice, sans attaches, lunatique, manipulatrice, calme, pleine de sang-froid, réfléchie, mystérieuse, imprévisible, ne veut pas s'attacher et ne veut pas qu'on s'attache à elle, intransigeante, indépendante, charismatique, dangereuse...

INSERT YOUR LIFE HERE
.


ANECDOTES ♦️ minimum cinq récits avec un minimum de trente lignes en tout.

BEHIND THE SCREEN
.

présentation rapide ♦️ Alors, moi c'est Maylandie, alias Scarlett, 14 ans... et voilà^^
avatar ♦️ Tabrett Bethell <3
commentaire ♦️ Hum... Rien à part que j'aime déjà ce forum^^ et que le design est superbe. Les yeux jaunes vont très bien à Anna.
le mot magique ♦️ okay par émilie


Dernière édition par Athena N. Anderson le Dim 9 Mai - 18:48, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 27
♦ copyright : livejournal


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 22 yo
JOB: Pilote de chasse
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 17:56


FIRST CHAPTER - 1624, TORTUGA (CARAIBES)
IT WAS THE TIME OF PIRATE SHIPS AND NEW LIFE





    Elle était née là, 22 ans plus tôt. Et voilà qu'elle se retrouvait ici à nouveau. Cette jeune blonde que ses parents avaient prénommée Athena. Elle était allongée là, sur le pont du Black Bird. Son père, capitaine du navire, décédé cinq ans plus tôt. Sa mère, morte en lui donnant la vie. Son fiancé, Jack, second. Elle-même, capitaine.

    Les yeux fixés sur les étoiles, elle serrait de façon protectrice la main du jeune homme couché à ses cotés. Elle jetait quelques regards vers lui, histoire de savoir s'il était toujours là. Six ans qu'ils étaient ensemble, tous les deux, bientôt ils seraient mariés. Mais pas question d'abandonner le Bird, la piraterie. Ce bâtiment c'était sa vie entière. Elle y était née, elle y avait grandit, elle y été tombée amoureuse. C'est tout ce qu'il lui restait de ses parents. Le bateau était amarré à Tortuga, cette nuit-là. Mais impossible pour elle de quitter le bateau pour débarquer et gagner un bar où elle viderait des bouteilles entières de rhum. Non, il fallait que quelqu'un reste à bord. Ses hommes lui étaient si dévoués qu'elle pouvait bien leur offrir cette petite soirée. Cinq années qu'ils ont passé à la respecter comme ils respectaient son père, Athena ne pouvait que les adorer. Tortuga n'avait pas changé depuis la dernière fois qu'elle était venue, et elle espérait bien que ça ne change jamais. Athena pressa la main de Jack et se leva, estimant qu'elle avait passé assez de temps à rêvasser. Elle n'avait aucune obligation, c'est pourquoi après hésitation elle décida de rester à Tortuga plus longtemps que prévu. Elle se retira finalement dans sa cabine, se concentrant sur ses cartes et cherchant leur prochaine destination.

    Le Bird était un navire craint, réputé pour son pouvoir et son invincibilité. Navire qui transportait aussi la plupart du temps un nouveau trésor que l'équipage se faisait une joie de dilapider dans le premier port venu. Oui, sur le Black Bird on vivait bien. Tellement craint d'ailleurs que peu osaient s'y attaquer. Mais il faut croire que certains n'avaient pas entendu la rumeur disant que le Bird ne laissait aucun survivant derrière lui. Mais rassurez-vous, le croiser ne vous était pas forcément fatal car il arrivait que le capitaine n'ordonne pas d'attaquer. Vous pouviez donc passer votre chemin sans trop d'encombres. Athena fut réveillée à une heure bien matinale, en effet il faisait encore nuit noire, par un bruit venant de l'extérieur. Elle constata en ouvrant les yeux qu'elle s'était assoupie sur ses cartes. Prenant son tricorne au passage, elle se précipita dehors. Le pont était inondé par la pluie battante. Mais surtout, des soldats qui n'étaient pas les siens venaient de monter à bord. Athena, gardant toujours son sang froid, balaya des yeux le navire. Capitaine ! On est attaqué. Athena tourna la tête vers celui qui lui adressait la parole. Elle hocha la tête et dégaina son sabre. Tout en frappant par ci par là, tuant quelques hommes au passage, elle s'efforça de retrouver Jack. Il faut dire que la pluie ne facilitait pas sa recherche, ses habits trempés devenant insupportablement lourds et encombrants. Ils étaient nombreux, trop nombreux. Mais Athena ne laisserait jamais le Bird, elle le protègerait au prix de sa vie. Constatant que les choses n'allaient pas au mieux, elle attrapa le premier de ses hommes et lui souffla d'un ton ferme et posé, montrant que son calme ne la quittait pas : M'sieur Smith, Sortez les voiles. On quitte Tortuga. Les hommes continuaient à monter à bord, et elle espérait ainsi pouvoir repousser ceux étant déjà sur le pont. Ses années de piraterie l'avaient forgée et la tactique était certainement l'un de ses points forts. Certains pouvaient se demander comment elle faisait pour tenir, c'était bien simple. Le secret pour subsister était de ne plus rien ressentir. Les émotions étaient à bannir, les sentiments et la sensibilité n'étaient qu'une perte de temps. Elle monta quelques marches et aperçut finalement Jack. Mais sa route fut bientôt coupée par trois hommes. Le poing de l'un d'eux vint la frapper en plein visage, mais Athena ne fléchit pas, malgré le goût de sang qui prenait possession de sa bouche, et frappa l'intrus à son tour, qui lui tomba à terre. Elle réussit plutôt rapidement à se débarrasser des deux autres, non pas sans une petite égratignure sur la tempe et une lèvre fendue. A la pluie se mêlait le sang, ses mains avaient viré au rouge, tout comme certaines mèches de ses cheveux qui étaient devenues collantes.
    Puis tout bascula en un instant. Lorsque l'homme qu'elle venait de transpercer de son épée tomba et qu'elle pu à nouveau voir tout ce qui se passait, elle vit Jack. Il était à moitié couché au sol, et un homme, face à lui, aux airs de capitaine, tenait son sabre au dessus du corps du jeune homme. Lorsque Athena vit la lame descendre à une vitesse inquiétante, elle hurla de toutes ses forces. Jaaaaack ! Elle retira sans attendre son sabre du corps de sa victime, profitant ainsi du bruit macabre que cela provoqua. Puis la jeune fille se jeta sur l'assassin. Elle se battait de toutes ses forces, nourrie par la haine de la perte du seul qui comptait réellement. Son adversaire faisait bien 40 centimètres de plus qu'elle mais peu importait. Alors qu'elle esquivait ses attaques, elle sentit un picotement dans sa main droite. La lame de celui face à elle venait d'entailler sa paume. Bien que ça lui fasse mal, elle ignora sa blessure, envieuse de revanche. Mais bientôt ce fut une douleur bien plus grande qui prit possession de sa jambe cette fois. Elle lâcha un hurlement. Baissant les yeux, elle constata que l'épée de l'homme était enfoncée dans sa cuisse. Sa jambe paralysée, tout alla ensuite très vite. Des coups au visage, deux, trois, même plus. Elle se retrouva finalement au sol. Puis le coup final qui lui coupa littéralement la respiration. Elle ne voyait rien mais savait que le sabre de son adversaire avait transpercé son corps tout entier. Elle le regarda approcher son visage du sien dans un air victorieux. Les doigts d'Athena se baladèrent sur le sol de bois, puis attrapèrent une dague, et dans un dernier élan de force, elle lui trancha la carotide. Dernier regard, sourire victorieux. L'homme tomba, se vidant de son sang. Athena serra la mâchoire. Derniers instants, dernier souffle. La vie la quittait, elle le savait. Elle allait rejoindre Jack, ses parents. Elle était morte sur le pont de son navire, il y avait de quoi être fière. Elle était heureuse d'en finir ici, et non en tant que vieille femme dans un lit douillet. Alors que la Mort venait la prendre, elle vit un de ses hommes avancer vers elle. Il était calme. Il se pencha au-dessus de son corps bientôt sans vie, puis elle ferma les paupières, à bout de force.

    Athena se réveilla alors quelques minutes plus tard. Elle était en vie, et en pleine forme. Voyant que tout foutait le camp, elle ne se posa pas de questions et repoussa les attaquants avec une force si extraordinaire qu'elle même en fut surprise. puis lorsque chacun d'eux fut mort, elle retourna au cadavre de jack. Lâchant une larme, elle accepta finalement la réalité.





SECOND CHAPTER - 1830, PARIS (FRANCE)
THE DAYS OF FREEDOM AND REVOLUTION





    Haletante, elle était assise là, derrière la barricade qui leur servait d'abri, fusil en mains et collé à al poitrine. Elle posa la tête un instant contre les tonneaux et sacs qui constituaient leur mur, puis lança un regard furtif vers l'autre coté. Un jour et une nuit que ça durait. On était le 29, au mois de juillet. Depuis le 27, on bâtissait des barricades dans les rues de Paris. On voulait plus de liberté, et depuis la veille, les cadavres jonchaient les rues. Entre soldats et peuple, la seule différence était l'armement, parce que tous étaient dans le même sac. Athena avait pris part à la révolution, parce que voilà maintenant 4 ans qu'elle vivait en France, et c'était sa ville. Le Black Bird avait coulé 150 ans plus tôt. Ses hommes étaient tous morts. Les temps les avait emporté. Elle avait dû changer de vie. Acceptant au fil des années qui elle était, une Valtafëa, elle décida de faire payer les meurtriers, voleurs, et tous ceux qui ne méritaient plus la vie. Et ça lui réussissait. L'inconvénient était que, pour s'assurer de ne jamais éveiller les soupçons, elle devait souvent changer de ville, et de nom de famille. Mais Athena avait tenu à garder son humanité. Lorsqu'elle n'est pas en état de faim, elle tue avec des armes. Ainsi le peuple parisien était là dehors, à se battre pour la liberté. Et elle était parmi eux. Elle en avait déjà tué pas mal. Les soldats qui se montraient de trop y étaient passés. Ses sens si développés lui permettaient de ne jamais manquer sa cible. Ses réflexes étaient si bons qu'elle pouvait en descendre un bon nombre avec quelques cartouches seulement. C'était le petit matin, il faisait à peine jour. Mais les gens derrière la barricade étaient plutôt nombreux, avides de liberté et de justice. Au fil des heures passées ici, Athena était devenue une sorte de légende vivante pour les quelques insurgés qui la côtoyaient. Son adresse au tir était exceptionnelle, et on faisait appel à elle dès qu'il fallait se servir des armes. C'est ainsi qu'après avoir jeté ce coup d'oeil, elle se tourna doucement, en restant sur ses gardes, sachant que la seule petite erreur pouvait être sa dernière. Elle se trouva alors non plus dos à la barricade, mais face à ses adversaires. Elle cala avec précision son fusil entre les sacs qui servaient de mur et le chargea minutieusement. Puis elle posa sa tempe sur le bois de l'arme, alignant son oeil avec le viseur. Elle ajusta son fusil et attendit patiemment qu'une cible se présente. C'est alors que sa vue si performante lui fit ce cadeau. Elle pu apercevoir à travers les barricades ennemies un visage bien dissimulé. Visa, puis elle tira. Touché, entre les deux yeux. Tout se produit exactement comme elle l'espérait car le régiment tout entier se mit en joue. Placés ainsi au-dessus de leur mur, elle pouvait tous les avoir un par un. C'est ainsi qu'elle tira et que chacun des hommes s'effondra, une balle entre les deux yeux. Elle afficha un sourire victorieux à ses compagnons puis balaya du regard leur coté. Il fallait s'assurer qu'il n'y avait aucun survivant du coté militaire. Elle avança alors, accroupie, vers un cadavre. Elle glissa un fusil entre ses mains et le ramena vers l'avant de la barricade. Elle le leva doucement de façon à faire dépasser sa tête, tout en gardant un regard calculateur sur le coté adverse. Un tir, un seul se fit entendre, et son auteur fut localisé. Athena se muni de son arme et, en joue, elle tira et entendit le corps heurter le sol. Ils avaient gagné...





THIRD CHAPTER - 1853, SANTA FE (NEW MEXICO, USA)
THE TIME OF COUNTRY, COWBOYS AND SALOONS, TIME OF FAR WEST





    Vingt ans maintenant qu'elle a quitté le France. Laisser Paris derrière elle fut difficile, mais essentiel. Athena avait passé quelques années en Espagne, en Angleterre, puis elle avait quitté l'Europe pour l'Amérique. Six ans qu'elle avait déjà passé ici, ou plus, elle avait arrêté de compter les années. Elle avait débarqué à New York, vécu quelques années dans la grande ville, profitant de ses soirées pour se trouver des victimes alléchantes et méritant le sort qu'elle leur réservait. Et elle pris goût, de plus en plus, au meurtre. Ça devint réellement une drogue pour elle, jusqu'à finalement tuer même lorsqu'elle n'a pas faim, juste pour son plaisir, en s'assurant de toujours respecter ses règles personnelles. Puis elle a quitté la ville, se dirigeant vers l'Ouest. C'était la grande époque de la ruée vers l'or, elle a suivit le mouvement, avide d'aventures et de découvertes. L'Ouest américain est le genre d'endroit qu'elle pourrait appeler paradis. Ca lui plut tellement qu'elle décida de ne plus quitter les Etats-Unis. Après être passé par le Texas et plusieurs villes du Nouveau Mexique, elle s'installa finalement à Santa Fe. Athena y ouvrit son propre saloon, où elle accueillait émigrants, cow-boys, habitants de la ville. Elle aimait cette vie. Elle était tombée amoureuse de l'Amérique. Peu importe si son bar ne lui rapportait pas grand chose, l'essentiel était que cette vie lui plaise. Ca avait remplacé le Bird, et tant mieux. Le gros avantage avec son saloon, c'était qu'à cette place là, elle pouvait facilement repérer ses futures victimes.

    Un soir de mai, alors qu'elle était sortie dans une ruelle à l'arrière de son bar, elle aperçut deux hommes. Restant dans l'ombre d'un bâtiment, elle observa la scène. L'un d'eux était au sol, à moitié assommé, l'autre braquait un pistolet sur sa tête, tout en le frappant. Celui au sol ressemblait à un cow-boy, l'autre devait être une sorte de bandit. Il était mal fagoté, l'air noir. Athena avait trouvé sa proie. Alors qu'il continuait à frapper l'autre homme, Athena s'approcha. Et lorsqu'il s'apprêta à tirer, la jeune blonde le stoppa. Il affichait un air menaçant, mais elle n'avait sûrement pas peur. Affichant un sourire, elle l'invita à la suivre, tout en lui prenant la main. Laisse-le crever lentement... Et viens faire un tour. L'inconnu ne répliqua rien, il se contenta de sourire et de la suivre. Athena l'emmena dans un coin désert de la ville, là où elle avait l'habitude de massacrer ses victimes. Elle plaqua alors l'homme au mur, se retrouvant face à lui. Mais il fut si pressé qu'il la retourna et qu'elle se retrouva elle-même contre le mur. Il s'empara alors de ses lèvres. Mais Athena le mordit alors violemment, arrachant ainsi une partie de ses lèvres. Héé t'es violente toi... Ca n'avait pas l'air de l'inquiéter tant que ça. Athena le repoussa violemment et le colla au mur en disant : La ferme. Puis elle saisit la mâchoire du grand brun et la lui écarta en un craquement, pendant que lui hurlait de douleur, alors qu'elle l'ignorait totalement, continuant à lui arracher la mâchoire. Décidément, elle était en forme ce soir-là. Ses yeux avaient viré au jaune, et l'excitation augmentait. Son but était de faire souffrir sa victime au maximum, sans le tuer, puis finalement de l'achever. Elle le lâcha finalement et planta son regard dans le sien. Il y a deux catégories de personnes sur cette planète, les innocents, qui vivent en paix, et les salauds, qui crèvent. Elle le força à l'écouter en lui appuyant avec force sur la main droite, menaçant à chaque instant de la broyer. L'homme, tétanisé, l'écouta sans broncher. Malheureusement pour toi, tu fais partie de la seconde. Elle ne lui laissa même pas le temps de répliquer, trop pressée pour faire de la diplomatie. Elle plaça alors sa main sur son thorax, et d'un geste lent et précis pour bien faire sentir à sa victime toute la douleur que cela provoque, elle passa ses doigts en les enfonçant entre les côtes et en saisit l'une d'elle. Elle le regarda un instant dans les yeux, lui faisant ainsi comprendre que ce qu'il avait ressenti jusque là n'était rien comparé à ce qui allait lui arriver maintenant. Puis elle tira lentement sur la côte en question, l'arrachant de cette façon de la cage thoracique de sa victime. Elle s'éloigna du corps, qui s'écroula. Athena, satisfaite, regarda son oeuvre. Elle observa attentivement l'homme agonisant. Puis elle se baissa, s'accroupit et arracha enfin le coeur de sa victime. Elle contempla alors le cadavre gisant à ses pieds, puis s'éloigna. Elle marcha dans la ruelle, couverte de sang, puis passa ses mains humides dans ses cheveux pour les remettre en arrière, peu soucieuse du sang qu'elle venait de mettre sur sa chevelure blonde.

    Athena quitta Santa Fe quelques mois plus tard, se dirigeant vers les grandes plaines où elle acheta un ranch et se lança dans l'élevage de bêtes. En fait, elle avait toujours rêvé de jouer les cow-boys dans un coin reculé du Texas...





FOURTH CHAPTER - 1912, SOUTHAMPTON (ENGLAND)
THIS WAS THE YEAR OF TITANIC AND AMERICAN DREAM





    Que faisait-elle en Europe ? C'est une longue histoire. Après avoir fait le tour des Etats-Unis, Athena dû changer de pays. C'est ainsi qu'en 1897, elle quitta New York, emportant son rêve de vivre ici pour toujours avec elle. Mais elle n'avait pas le choix. Elle gagna donc l'Europe, dans le but de voir l'exposition universelle de 1900. A ce qu'on disait, la France avait battit une tour immense faite fer. La Tour Eiffel, nom emprunté à son constructeur. S'il fallait partir, autant partir là où il y avait quelque chose à voir. Elle passa 12 années en Europe, voyageant fréquemment entre Paris, Madrid et Londres. Et elle eu la chance d'avoir très bien entretenu ses parts à la bourse car elle devint millionnaire quelques années plus tard. Alors qu'elle aurait pu profiter du beau monde parisien et londonien, elle évite de se mêler à cette société.

    C'est en 1912 qu'elle décida de regagner l'Amérique, et pour son voyage, elle choisit le Titanic. Nouveau paquebot, partant de Southampton pour New York, luxueux. C'était parfait. Le 10 avril, elle embarqua en première classe, prête à retourner chez elle. Le voyage se déroula exactement comme il le fallait. Athena, qui s'était, sans le vouloir, fait une réputation à Londres fut présentée à John Jacob Astor, Benjamin Guggenheim. Elle fit même la connaissance de Bruce Ismay et Thomas Andrews. Elle s'était fait une place dans leur petit club, elle fréquentait les personnes les plus riches du monde. Mais bien sur, il lui fallait toujours satisfaire sa faim. Pour ça, elle s'attaquait à des gens qui passaient inaperçu, puis jetait les cadavres à la mer, tout en restant soucieuse de ne s'attaquer qu'à des gens le méritant.
    C'était un soir, sur le bateau, le 14 avril, vers 20 heures. Alors qu'elle se promenait sur le pont, Athena entendit des cris, presque étouffés. Son bonheur de respirer l'air marin à nouveau ainsi troublé, elle se précipita vers l'endroit d'où ils provenaient. C'était vers la poupe du bateau. Elle rasa les murs, entendant les cris de plus en plus proches. C'est là qu'elle aperçut la scène. Un homme, première classe sans aucun doute, surplombant une jeune fille, de troisième classe, allongée au sol. Il la maintenait alors qu'elle se débattait de toutes ses forces. A chaque fois qu'elle essayait de se dégager, il la maintenait à nouveau. Alors qu'il lui arrachait un baiser, Athena bondit et se jeta sur l'homme. Celui-ci, qui n'avait rien vu venir, fut surpris. Elle el plaqua au sol, puis d'un geste de main plein de rage, elle lui broya l'avant bras. Sa victime hurla, mais avant que quelqu'un ne puisse l'entendre, Athena le frappa de son poing droit au visage, lui coupant ainsi le voix. Elle se releva. L'homme, croyant qu'elle lui laissait sa chance de s'échapper, recula grossièrement, paniqué, en glissant sur le parquet. Mais elle n'allait pas le laisser partir. Elle lui donna alors un coup de pied dans le ventre. Sa victime, tordue de douleur, la regarda se pencher dangereusement vers lui. Alors qu'Athena affichait un air vainqueur et machiavélique, ses yeux devinrent jaunes. L'homme face à elle, bégaya. S'il... s'il vous plait. C'était le meilleur moment, lorsqu'il venait à la supplier de le laisser partir. Et bientôt il la supplierait de l'achever. Elle le cogna plusieurs fois au visage, puis elle finit par lui arracher le coeur. Elle se releva alors, et tout en jetant un regard à la jeune fille qui l'avait observée, elle attrapa le bras du cadavre et le traîna jusqu'au bord du pont. Là, elle donna un coup de pied dans le corps pour le faire tomber à la mer. Puis elle se frotta les mains ensemble, signe que le travail était terminé. Elle s'apprêtait à s'éloigner lorsque la main de la jeune fille se posa sur son épaule. Athena eu un geste de recul, puis la fixa. Qu'est-ce que tu es ? La question de la jeune fille provoqua un silence chez Athena. Une personne normale. Une personne normale, mais bien sur. Athena s'empressa de s'éloigner. Mais la jeune fille n'en avait pas fini. J'ai vu tes yeux. Athena se pinça la lèvre, elle était démasquée. Pour la première fois en 288 ans, quelqu'un avait des soupçons. C'est trop long à raconter. Considère que je suis celle qui t’a sauvée. Réponse plutôt bête, mais qui mettait fin à la discussion. Malheureusement pour Athena, la jeune fille se mit à la suivre durant toute la soirée. La jeune fille trouva même le temps de se présenter, Avery, c'était son nom. Athena en fut tellement exaspérée que, vers 23h40, elle enferma la jeune fille dans une pièce au pont F. C'est alors qu'elle sentit une sorte de secousse. Elle monta et sortit, puis aperçut un iceberg, loin derrière. Athena rejoignit le fumoir et alluma une cigarette. C'est lorsqu'on commença à faire monter les passagers dans les canots que son inquiétude grandit. Elle comprit alors ce qui se passait. Le paquebot coulait, aussi impossible que cela pouvait paraître, il coulait. Elle termina sa cigarette, puis se dirigea vers les canots. Alors qu'elle s'apprêtait à monter, elle se souvint de la jeune fille. Elle l'avait enfermée. Athena parcourut les couloirs des ponts, cherchant un moyen d'atteindre le pont F, car beaucoup de grilles étaient closes. Après avoir parcourut les coursives pendant un temps qui lui parut interminable, Athena arriva enfin au pont F. Le paquebot commençait vraiment à pencher vers l'avant et le pont était déjà envahi par l'eau. De plus, la pièce était située vers la proue, ce qui faisait que l'eau allait être bien haute lorsque Athena aurait gagné la pièce. Elle se déplaça difficilement dans els coursives, ses jupes trempées lui compliquant la tache. L'eau montait dangereusement, mais Athena ne sortirait pas avant d'avoir trouvé Avery. Elle se mit à nager lorsque l'eau devint trop élevée. Et enfin, elle arriva devant la porte en question. Avery ! Elle sortit la clé de sa poche, gardant son calme. Elle ouvrit la porte comme elle le put, l'eau rendant l'ouverture difficile. Lorsqu'elle pénétra dans al pièce, Athena vit Avery plaquée contre un mur, l'eau montant jusqu'à ses épaules. Une table ayant glissé avec l'inclinaison du paquebot la coinçait contre le mur. Athena s'approcha d'elle, dégagea la table et aperçut alors l'eau qui rougissait autour de la jeune fille. En glissant, la table l'avait blessée au ventre. Avery était encore consciente et c'était l'essentiel. Je vais te sortir de là. Athena la prit dans ses bras et sortit de la pièce. Elle remonta les ponts, en priant pour ne pas tomber sur une grille. C'est alors qu'elle constata avec effroi que la jeune fille dans ses bras se mourrait. Athena savait quoi faire, mais elle ne voulait pas. Sachant qu'il n'y avait pas d'autre possibilité, elle demanda à Avery. Tu veux devenir comme moi ? Avery hocha la tête. Athena fit alors d'elle une Valtafëa.

    Les deux jeunes filles réussirent à remonter les ponts. Athena regarda alors autour d'elle. Y'a plus de canots... Viens. Elle emmena alors Avery vers la poupe. Une heure plus tard, elles étaient dans l'eau glaciale. Un canot vint les chercher, puis ils firent bientôt tous récupérés par le Carpathia. Athena allait revoir New York.





FIFTH CHAPTER - 1915/1936, PARIS (FRANCE)
IT WAS THE AGE OF WAR AND NEW WORLD





    Lors de son retour à New York, Athena fit une rencontre plutôt spéciale. En effet, alors qu'elle était assise à un bar, un homme d'au moins 80 ans l'interpella. Je me souviens de vous. Vous m'avez sauvé, il y 60 ans. Mais vous n'avez pas changé... Athena fixa le vieil homme, et tout lui revint. Le fameux soir, derrière son bar, l'homme qui en frappait un autre, et qu'elle avait fini par tuer. Celui qu'elle avait sauvé, il était face à elle. A l'époque âgé d'une vingtaine d'années, et aujourd'hui un vieil homme. Athena se rendit alors compte de tout ce temps. Elle répondit sur un ton calme. Vous vous trompez de personne. Athena finit son whisky et paya, puis elle quitta le bar.

    C'est ainsi que quelques mois plus tard, elle fut de retour en France. Elle ne pouvait pas rester à New York. Malheureusement pour elle, et d'ailleurs Athena finit par se demander si elle n'était pas maudite, elle se retrouva une nouvelle fois au mauvais endroit au mauvais moment. C'est la guerre qui frappait l'Europe. Elle fit ce qu'elle pu pour aider, se faisant engager comme infirmière pour l'armée. Elle se sentait utile, importante. Contrairement à ses activités habituelles, elle sauva plus de gens qu'elle n'en tua ces années là. Bien sur, lorsqu'ils étaient attaqués, elle prenait les armes, même si ça ne plaisait pas à tous. Et elle se faisait un plaisir de massacrer ses ennemis, lorsqu'elle se retrouvait à l'abri des regards indiscrets. Elle fut mutée dans les tranchées, en temps qu'infirmière, elle restait à l'arrière. Elle se fit des amis au front, mais beaucoup d'entre eux périrent. C'est là qu'Athena se promit de ne plus s'attacher, car un jour ou l'autre, on finit bien par être séparés d'une manière ou d'une autre.

    A la fin de la guerre, elle décida de rester à Paris, commençant à aimer la ville. Elle partait vivre dans les villes environnantes pour ne pas attirer les soupçons quant à sa jeunesse éternelle. Puis le krach de 29 la retint en France. Ca aurait été imprudent de retourner à New York alors que Wall Street s'effondre. C'était pourtant une belle époque. De 1925 à 1929 du moins. C'était une ère nouvelle, et enfin, il y avait un peu de joie dans ce monde de brutes. Entre Music Hall et cinéma, on ne s'ennuyait pas. Athena a sûrement vécu là ses plus belles années. Lorsque le krach de 29 réveilla les tensions, tout redevint sombre. Plus les années avançaient, et plus Athena redoutait que quelque chose de grave à nouveau se produise. C'est en 1936, alors que les tensions augmentent à nouveau, qu'Athena quitte finalement la France pour retourner chez elle, en Amérique. Et pour vivre heureuse, elle s'installe à Hawaii.





SIXTH CHAPTER - 1941, PEARL HARBOR (HAWAII)
WHEN AMERICA WENT STRONGER, WHEN AMERICA GROW UP





    Hawaii... Le paradis. Ca lui rappelait un peu Tortuga. Mais c'était loin derrière, il ne fallait plus y penser. Athena a donc rejoint les Etats-Unis. A New York, car c'est là qu'elle a vécu avant de venir à Pearl Harbor, elle s'engagea dans l'armée en temps qu'infirmière. Elle était capable de bien plus, mais l'Amérique était pleine d'hommes voulant défendre leur pays. Et les femmes étaient plutôt... peu appréciées pour ce genre de métier. C'est pourquoi infirmière lui allait tout à fait. Elle déménagea finalement à Hawaii où elle continua d'exercer ses fonctions. C'était loin de tout, tellement parfait, tout ce dont elle pouvait rêver. C'était la guerre en Europe depuis deux ans déjà mais peu importait parce qu'elle était loin de tous ces massacres. C'est vrai qu'ici ça devenait dur de trouver des victimes car l'île n'était pas très peuplée, mais elle en trouvait. Pearl Harbor servait de base pour la flotte du Pacifique, autant dire que le peuplement était très militaire, et qu'il y avait assez peu de civils.

    Athena enfila ses gants noirs. Elle allait s'amuser un peu. Le ring avait été installé sur le pont de l'USS Arizona. Elle s'était déjà fait pas mal d'amis à Pearl Harbor, et une jolie réputation. Elle était la seule femme parmi des centaines d'hommes. Marins, pilotes... Ils l'aimaient bien. C'était le genre de fille qu'on ne croisait pas tous les jours. Ils avaient été sceptiques au début, mais maintenant, ils voyaient tous qui elle était. Ils la prenaient pour l'une des leurs, et ça lui plaisait. Elle adressa un sourire à son futur adversaire. Comment sa réputation avait-elle grandit ? Ce genre de match de boxe avait lieu assez souvent ici, et un jour elle paria tout simplement qu'elle pourrait battre le colosse face à elle. Certains essayèrent de la retenir, mais très vite, le combat partit. Et sous les yeux étonnés de la flotte, elle le mit au tapis avec une grande facilité. Depuis, cette réputation lui vaut des amis fiables, et le respect. Elle monta les mains à hauteur de son visage et commença à frapper. Après quelques coups, elle mit au sol son adversaire. Puis elle quitta le ring sous les applaudissements des marines. Tu boxes depuis longtemps ? Athena se retourna, jaugea son interlocuteur et répondit. Deux ans. L'homme face à elle était un beau brun, à peine plus grand qu'elle, musclé juste comme il faut. Il glissa ses mains dans ses poches en approuvant d'un signe de tête. Dan. Athena regarda un instant la main tendue du jeune homme, puis après hésitation, elle la serra. Athena. Elle porta sa bouteille d'eau à sa bouche. Je sais... Je t'ai déjà vue te battre. Il avait l'air... timide. Mais gentil. Elle s'essuya la bouche d'un revers de main et le regarda un moment. Elle n'était pas du genre bavarde, c'est pourquoi elle attendait là qu'il dise quelque chose. Et à part la boxe... tu fais quoi ? Il avait l'air plutôt gêné. Athena posa sa bouteille à terre et répondit et listant ses activités. Tir. Et je pilote aussi... Elle avait appris il y plusieurs années à piloter. La blonde était tout à fait capable de commander un engin tel que leurs avions de guerre. Dan leva les yeux et dit avec un sourire aux lèvres. Ah... Quelle coïncidence, j'suis pilote. Intéressant. En fait non, Athena n'en avait rien à faire. Elle ne le sentait pas ce gars-là. Elle avait l'impression qu'il allait être très... collant.

    Pendant les mois qui suivirent, Athena eu tout le loisir d'apprendre à connaître Dan. il était en fait moins coincé que ce qu'elle avait pensé. Elle l'aimait bien, mais dans un coin de sa tête elle n'oubliait pas qu'entre eux se dressait une énorme barrière qui ne serait jamais franchie. Un jour, elle allait devoir partir, il s'apercevrait bien qu'elle ne vieillit pas. Il comprendrait que le temps n'a aucun effet sur elle. Et si elle s'attachait à lui, partir serait bien trop douloureux. Mais parfois les sentiments sont trop forts.

    7 décembre. Des bruits. Il est tôt, c'est dimanche, qu'est-ce qu'il se passe ? Athena ouvrit les yeux, réveillée par ces bruits sourds venant de l'extérieur. Elle sortit dans le jardin. Balayant alors le ciel des yeux, elle aperçut, horrifiée, des tas d'avions japonais. Pearl Harbor était bombardé, on bombardait Pearl Harbor. Elle enfourcha sa moto et roula jusqu'à l'hôpital. Des blessés, par dizaines. Elle entra dans le bâtiment et fit rentrer les hommes qui accouraient.
    Elle en sauvait autant qu'elle le pouvait. Elle soignait ceux qu'elle arrivait à soigner. C'était la panique générale. Athena garda son sang froid comme toujours, ce qui avait le don se stresser encore plus les autres. Mais elle commença à paniquer lorsque sa faim se réveilla. Des tas de personnes face à elle, du sang, son appétit était grand ouvert. Elle ne pouvait plus résister à l'envie de tuer. Elle se dirigea alors vers une pièce à l'écart. Un médecin l'interpella. Ceux-ci sont tous condamnés, mademoiselle. Athena ne le regarda même pas et lui lança comme seule réponse. Je sais. Elle entra et attrapa l'un des hommes. L'aidant à marcher, elle sortit avec lui et l'emmena à l'arrière de la clinique. Athena, dégoûtée par ce qu'elle allait faire, ferma les yeux et arracha très rapidement le coeur de sa victime. Puis elle regagna l'hôpital.

    Alors qu'elle s'affairait à soigner un blessé, Athena entendit une voix qui lui était familière. Athena ! Elle se retourna et reconnu Dan. Il avait l'air d'être en un seul morceau. Elle lui lança un regard interrogateur. On a besoin de pilotes. Hésitante, elle se tourna vers les blessés et lança un regard à l'une de ses collègues. Cette dernière lui fit un signe approbateur de la tête. Athena se précipita alors vers la sortie, suivant Dan, et retirant au passage sa blouse. Il faut faire décoller nos P-40 d'un terrain annexe à 10 minutes d'ici. Une fois là-haut on descend les Japs. Athena écouta avec attention les instructions de Dan et le suivit jusqu'à sa voiture.

    Ils arrivèrent sur le fameux terrain quelques minutes plus tard. Athena se munit d'un fusil lorsque l'équipe de pilotes annonça l'arrivée de bombardiers. Elle descendit alors un avion sous les yeux étonnés des pilotes. Okay, suis moi ! Athena suivit Dan jusqu'aux appareils. Hé, qu'est-ce qu'elle fout ? Alors qu'Athena montait dans l'un des avions, elle entendit une voix masculine et se tourna. Elle répliqua alors. T'sais ton putain de Curtiss faut quelqu'un pour le piloter alors à moins qu'tu préfères te faire griller le cul par des zéros j'vais m'en charger. Dan adressa un regard à Athena, et l'homme en question ne broncha plus. T'as déjà piloté un P-40 ? demanda Dan à Athena à travers le casque. La jeune fille répondit d'un ton calme. Non. Dan se tut, hésitant. Puis il dit finalement sur un ton incertain. Eh bien j'imagine que y'a un début à tout... Athena, fatiguée de la discussion, alluma son appareil et déclara. On décolle.

    Une fois dans le ciel, tout se passa bien. A eux deux ils descendirent plusieurs avions ennemis. Athena avait le droit à un compliment dès qu'un avion tombait, ce qui avait le don de l'énerver. Puis ils se posèrent finalement.
    Pas mal... pour une fille. Athena, à bout de nerfs, s'approcha dangereusement de l'homme en question. Elle l'attrapa par le col et menaça de lui envoyer son poing droit dans la figure. Dan la retint alors. Puis ils se dirigèrent vers le port. C'est là que l'Arizona explosa, juste sous leurs yeux. C’était là qu'ils s'étaient rencontrés. Mais peu importait, ils avaient encore du travail. C'est là que, sans qu'aucun ne s'y attende, un bruit sourd vint heurter les oreilles d'Athena. Puis elle fut projetée au sol. Quelques instants après, elle ouvrit les yeux. Des corps, partout autour d'elle, des corps sans vie. Dan. Il était là, à quelques mètres d'elle. Elle se précipita vers lui. Il respirait encore. Il était en vie, mais plus pour longtemps. Il allait mourir, d'une seconde à l'autre elle perdrait à nouveau celui à qui elle tient le plus. Mais cette fois, elle a le pouvoir de le sauver. Voyant les paupières de Dan se fermer lentement, elle prit sa décision et lui donna une nouvelle vie, une vie comme la sienne.



    4 mois plus tard.
    Pourquoi tu m'as fait devenir comme toi si tu ne m'aimes pas ?
    Parce que t'es mon ami.
    Je veux pas être juste ton ami.

      And he kissed her...

    To Be Continued.



Dernière édition par Athena N. Anderson le Dim 9 Mai - 18:47, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Callen
BLOODY ADMIN i will watch you die.
avatar

♦ messages : 478
♦ copyright : cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1540 ans (23 ans)
JOB: curator at the Wellington museum
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 18:42


    Bienvenue sur ES Smile
    Euh c'est qui ton avatar ? x) pour que je puisse te la réserver (aa)

_________________



    YOU SON OF A BITCH !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 33
♦ copyright : (c) cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 20 ans
JOB: Étudiante en journalisme & « barman » au Flamingo.
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 18:43

    Bienvenue et bonne chance pour le reste de ta fiche loveee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-york-i-loveyou.forumactif.org/

♦ messages : 88
♦ copyright : CaTa`Str0ph!


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 23 years old
JOB: Fleuriste
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 18:49

Bienvenuue cheers
& Bon courage pour ta fiche ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 27
♦ copyright : livejournal


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 22 yo
JOB: Pilote de chasse
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 18:54

Merci à vous !
Elizabeth : C'est Tabrett Bethell (: Et merci^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vangelis Castell
CRUELLA ADMIN ♦ one little angel face and you can rule your world
avatar

♦ messages : 946
♦ copyright : avatar©BS | gifs©mechanical heart


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 19 YO (151 YO)
JOB: working in the central library
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 19:02

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche !

_________________

    Throw it away. Forget yesterday. We'll make the great escape. We won't hear a word they say. They don't know us anyway. Watch it burn. Let it die. COSE WE ARE FINALLY FREE TONIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endless-starlight.bbactif.com
Soren M. Fisher
GRIM REAPER ♦ I'm going to rip you appart
avatar

♦ messages : 193
♦ copyright : © pseudo : moi-même aka Blueson ♦ avatar :Shiya ♦ icone : mymz


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 23 ans
JOB: Mécano dans son propre garage / Coureur dans les courses de voitures clandestines
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Sam 8 Mai - 19:15

    Bienvenue Smile et bonne chance pour la fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 27
♦ copyright : livejournal


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 22 yo
JOB: Pilote de chasse
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Dim 9 Mai - 18:49

Thanks (:

J'ai fini ma fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Callen
BLOODY ADMIN i will watch you die.
avatar

♦ messages : 478
♦ copyright : cristalline


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 1540 ans (23 ans)
JOB: curator at the Wellington museum
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Dim 9 Mai - 19:03


    Sacré bout de femme ! J'aime beaucoup.
    Je te valides Smile bon jeu parmi nous !

_________________



    YOU SON OF A BITCH !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 27
♦ copyright : livejournal


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 22 yo
JOB: Pilote de chasse
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Dim 9 Mai - 19:24

Merci beaucoup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vangelis Castell
CRUELLA ADMIN ♦ one little angel face and you can rule your world
avatar

♦ messages : 946
♦ copyright : avatar©BS | gifs©mechanical heart


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 19 YO (151 YO)
JOB: working in the central library
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Dim 9 Mai - 19:42

Elizabeth Callen a écrit:

    Sacré bout de femme ! J'aime beaucoup.
+10(...)000 sniff
J'adore ta fiche et le personnage, n'en parlons pas. I love you

_________________

    Throw it away. Forget yesterday. We'll make the great escape. We won't hear a word they say. They don't know us anyway. Watch it burn. Let it die. COSE WE ARE FINALLY FREE TONIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endless-starlight.bbactif.com
Soren M. Fisher
GRIM REAPER ♦ I'm going to rip you appart
avatar

♦ messages : 193
♦ copyright : © pseudo : moi-même aka Blueson ♦ avatar :Shiya ♦ icone : mymz


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 23 ans
JOB: Mécano dans son propre garage / Coureur dans les courses de voitures clandestines
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Dim 9 Mai - 20:35

    J'ai pas encore lu la fiche, mais ça a l'air d'être bien Razz.

    C'est maintenant que je remarque que t'as pris le nom de Cara avec l'actrice de Cara Rolling Eyes. Je t'aime déjà Razz. Un lien hin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♦ messages : 27
♦ copyright : livejournal


♣ ARE YOU AFRAID ?
AGE: 22 yo
JOB: Pilote de chasse
RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh Lun 10 Mai - 15:39

Héhé, c'est parce que Cara lui va tellement bien à Tabrett^^
Et Athena c'est la réplique parfaite de Cara coté caractère, et l'attitude aussi xD
Et oui un lien of course (:

Et Vangelis... Merci <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (V) Athena - Dark strengh

Revenir en haut Aller en bas

(V) Athena - Dark strengh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ENDLESS STARLIGHT :: 
« SECOND STEP ♦ your lovely character »
 :: 
« SO, WHO ARE YOU, LITTLE KID ? »
 :: PRESENTATIONS VALIDEES
-